Étiquette : jeunes

Moins de 25 ans ? Profitez du Prêt Jeunes Avenir, à taux zéro !

Si vous débutez dans la vie active et avez moins de 25 ans, vous pouvez profiter d’un prêt à taux zéro de 5 000 €.

Ce dispositif avantageux résulte d’un partenariat entre la Société Générale et la CAF (Caisse d’allocations familiales) pour faciliter l’installation des jeunes dans la vie active.

Le montant du prêt

Le prêt est attribué pour un montant maximum de 5000 €, versé en une seule fois et remboursable sur une durée comprise entre 24 et 60 mois. Le prêt est accordé par la Société Générale, seule banque agréée.

Le prêt sera sans intérêt, la CAF prenant en charge les intérêts dus. L’emprunteur, remboursera donc uniquement le capital et éventuellement les frais d’assurance qui est facultative.

Le type de prêt

Ce prêt est destiné à aider les jeunes à se lancer dans la vie active. Il peut ainsi financer l’achat d’un véhicule, le paiement d’une caution, l’achat de matériel informatique, l’équipement d’un appartement…

La personne doit également s’engager sur l’honneur à ne pas avoir déjà bénéficié du Prêt Jeunes Avenir et à ne pas l’utiliser dans les situations suivantes : rachats de crédit, placements et financement d’arriérés de dette.

Les conditions du prêt

Pour pouvoir bénéficier de ce prêt vous devez :

Etre agé de  :

  • 18 à 25 ans
  • 16 à 18 ans si vous êtes apprentis, dans ce cas la signature d’un parent sera demandée.

Remplir des conditions d’emplois et être dans l’une des situations suivantes depuis moins de trois mois :

  • En contrat de travail (CDI, CDD, contrats aidés…) ou  apprentissage
  • Avoir une lettre de promesse d’embauche
  • Avoir été titularisé dans la fonction publique

Vous ne devez pas être étudiant, ni stagiaire de la formation professionnelle…

Vous devez fournir une déclaration de ressources à La CAF, concernant les ressources perçues au cours des trois mois précédents (y compris les revenus de votre conjoint éventuel et de vos parents si vous êtes rattaché à leur foyer fiscal).

Les ressources ne doivent pas avoir été supérieures lors du trimestre à :

Jeune fiscalement indépendant :

  • Vivant seul : 3 000 €
  • Vivant en couple : 4 500 €

Jeune rattaché fiscalement ou vivant au domicile d’un de ses parents vivant seul :

  • Vivant seul : 4 500 €
  • Vivant en couple : 5 400 €

Jeune rattaché fiscalement ou vivant au domicile de ses parents ou de l’un de ses parents vivant en couple :

  • Vivant seul : 5 400 €
  • Vivant en couple : 6 300 €

Les démarches a accomplir

Dans un premier temps le demandeur devra compléter un formulaire de demande auprès de la CAF.

Si vous remplissez les conditions, la CAF vous fournira une attestation valable trois mois qui vous permettra de faire la demande de prêt auprès de la Société Générale, seule banque habilitée à examiner la demande et à accorder le prêt.

Remarques…

Ce dispositif a été conçu pour aider à l’installation des jeunes dans la vie active et son taux de crédit à 0 % le rend particulièrement intéressant. Cependant  il convient de rester prudent, car comme pour tout crédit, ce prêt ci devra être remboursé.

Il ne faudrait pas que grisé par leur installation ou mesurant mal leur engagement, les jeunes financent des dépenses inutiles ou génèrent des échéances trop lourdes pour leur budget futur…

 

 


Un abonnement gratuit pour les jeunes de 18 à 24 ans

Une opération intitulée « mon journal offert », a débuté le 30 octobre pour l’année 2009-2010. Celle ci devrait être renouvelée jusqu’en 2013. 
 
Le Président de la République a annoncé qu’il souhaitait "permettre à tout jeune de 18 ans de bénéficier l’année de sa citoyenneté d’un abonnement gratuit à un quotidien…".
 
L’opération « mon journal offert » a été mise en oeuvre dans ce sens. Elle consiste à proposer à tout jeune de 18 à 24 ans de recevoir pendant un an gratuitement, un numéro par semaine d’un journal de son choix.
 
Le principe est que le journal est payé par l’éditeur et le transport par l’Etat. L’Etat y consacrera 5 millions d’euros par an pendant trois ans.
 
La première édition de cette opération est lancée en partenariat avec les éditeurs d’une soixantaine de titres de la presse quotidienne française, nationale et régionale. 
Parmi les quotidiens partenaires de l’opération on trouve par exemple Le Télégramme, La Dépêche du midi, L’Equipe, Le Monde, L’Eclair, Les Echos, France Soir, Ouest France, Le Figaro, Nice Matin etc… 
 
Chaque lecteur recevra un jour par semaine et pendant un an, soit environ 50 numéros dans l’année, le quotidien qu’il aura choisi. Le jour d’abonnement est fixé par le journal.
 
Cette offre est réservée aux jeunes ayant entre 18 et 24 ans au jour de l’abonnement. Une photocopie d’une pièce d’identité pourra être demandée par les éditeurs.
 
Pour participer à l’opération et s’abonner, il suffit de s’inscrire en ligne sur le site www.monjournaloffert.fr.
 
Cette offre est réservée cette année aux 200 000 premiers bénéficiaires qui s’inscriront. Dépéchez vous !
 

Une carte de paiement pour les 12-17 ans ?

 
 
 

La Caisse d’Epargne lance la carte bancaire prépayée et rechargeable pour les adolescents de 12 à 17 ans. Cette nouvelle carte, disponible dès la fin du mois de juin et utilisable en France comme à l’étranger, est censée séduire entre 300 000 et 500 000 jeunes d’ici 2010.
La Caisse d’Epargne assure que cette innovation va permettre une certaine autonomie financière des ados.
Les associations de consommateurs et les parents s’interrogent, eux, sur l’intérêt de mettre un tel accessoire financier entre les mains d’ados.
Alors, carte à vocation pédagogique ou stratégie purement commerciale ?

 
 

Une carte de retrait et de paiement

 
 
 

Ce nouveau moyen de paiement, inédit en France, fonctionne sur le même principe que les cartes de téléphonie mobile, prépayées et rechargeables.
La carte est alimentée par les parents. Le premier chargement est compris entre 25 € et 100 €. Les rechargements suivants pourront aller jusqu’à 300 €. Le montant disponible sur la carte est plafonné à 600 €.

 
 

Valable 2 ans, elle offre les mêmes services qu’une carte bancaire : code confidentiel, assurance perte et vol, opposition réalisable en France et à l’étranger, achats sur Internet, assistance… Seuls les parents peuvent définir les modalités de fonctionnement de la carte et la recharger ou en modifier le plafond.

 
 
 

Les parents pourront se la procurer sans avoir besoin d’être client de la banque ni d’ouvrir un compte. La cotisation annuelle de la carte est de 17 € et comprend les tous frais de services (hors réédition du code confidentiel et opposition).
D’autres offres bancaires viendront compléter l’utilisation de la carte.

 
 

Une carte pour les jeunes

 
 
 
 

Selon la Caisse d’Epargne, il s’agit d’un instrument de paiement sécurisé et pédagogique, destiné à faciliter la gestion des dépenses courantes des adolescents entre 12 et 17 ans.
D’après l’enseigne bancaire, la carte responsabilise le jeune tandis que les parents gardent le contrôle du budget confié à leur enfant.
Cette carte répondrait aux besoins exprimés par les familles.

 
 

En pratique, chaque opération est soumise à un contrôle automatique vérifiant le montant disponible sur la carte. Ainsi, le jeune ne pourra pas dépenser plus que ce qu’il a sur la carte. Pas de crédit, pas de découvert.

 
 

Lorsque que le montant sur la carte est proche de zéro, le jeune sera averti par SMS ou par e-mail.

 
 

Une carte qui suscite des interrogations

 
 

Les avis sont mitigés. Les opinions divergent chez les parents et les enfants tandis que les associations de consommateurs sont sceptiques.

 
 
 

Certains redoutent les conséquences d’une telle liberté de “dépenser” : la carte va-t-elle pousser les enfants à la consommation alors qu’on tente de leur imposer des valeurs et notamment celle de l’argent ? La dématérialisation des achats, en rendant l’acte d’achat trop facile et peu concret rend cette éducation particulièrement difficile.
Par ailleurs, beaucoup craignent la pression que vont exercer les jeunes sur leurs parents pour avoir plus d’argent.

 
 
 
 

On peut penser qu’avec une telle carte a d’abord été créée pour attirer et fidéliser le client dès son plus jeune âge et que la motivation pédagogique est un leurre.
Bien-sûr, on pourrait dire qu’il faut vivre avec son temps, que cette carte permet au jeune de découvrir l’univers de la banque.
A vous de voir. Dans tous les cas, soyez attentifs, vigilants et continuez à conseiller et expliquer à vos enfants la valeur de l’argent et les risques liés à son utilisation. La carte, aussi sécurisée soit-elle, ne vous en dispensera pas.

 

Les aides existantes pour la garde d’enfants

Nous ne présentons ici que les aides les plus habituelles… Selon votre situation, vous pouvez éventuellement avoir droit à des aides supplémentaires auprès de votre employeur, votre comité d’entreprise, d’organismes sociaux…
 

Pour faire garder ses enfants par une assistante maternelle, un salarié, ou une structure…

 
Pour les enfants nés après le 01/01/04, le complément de libre choix du mode de garde de la PAJE,
La PAJE (Prestation accueil du jeune enfant) distribuée par la CAF, concerne les enfants nés après le 01/01/04. Cette prestation regroupe plusieurs dispositifs financiers pour aider les familles de jeunes enfants. Parmi ces différentes aides, l’une est destinée à aider à la garde des enfants de moins de 6 ans : Le complément de libre choix du mode de garde.
 
Le complément de libre choix du mode de garde est dépendant des revenus du foyer et de l’âge de l’enfant. Il aide au financement de la garde d’un enfant par une assistante maternelle agréée, par une personne salariée pour la garde d’enfants à domicile, par une association ou une entreprise.
 
 
Pour les enfants nés avant le 01/01/04, L’AFEAMA ou l’AGED (Allocation de Garde à Domicile)  
L’AFEAMA, pour l’emploi d’une assistante maternelle, permet de financer l’intégralité des cotisations patronales et salariales dues pour l’emploi d’une assistante maternelle agréée, sans condition de ressources pour l’allocataire. Les cotisations sont alors versées directement par la CAF ou la MSA.
De plus une majoration est versée aux familles employant une assistante maternelle selon leurs revenus et la composition de la famille.
Par ailleurs une allocation différente existe pour aider à la garde d’enfants à domicile par un employé l’AGED.
 

Pour les personnes qui souhaitent garder elles-mêmes leurs enfants

 
Certaines aides existent pour aider les personnes gardant elles-mêmes leurs enfants en bas age.
 
Celles ci sont limitées dans le temps et dépendent du nombre d’enfants et parfois des revenus ou de l’activité professionnelle précédente.
  • Pour les enfants nés avant le 1/1/2004 : l’Allocation Parentale d’Education (APE)
  • Pour les enfants nés après le 1/1/2004 : Le Complément de Libre Choix d’Activité
 
 
Si les parents bénéficient du complément de Libre Choix d’activité à taux plein, ils ne pourront pas avoir droit au complément de libre choix du mode de garde.
 
 

Un crédit d’impôt de 25 % pour les frais de garde d’enfants à l’extérieur du domicile

 
Cette aide concerne les personnes qui font garder à l’extérieur du domicile un enfant de moins de 6 ans dont ils ont la charge.
 
Les dépenses prises en compte sont celles réellement supportées par les parents. Il s’agit par exemple des sommes versées à une assistante maternelle agréée, à une crèche, une garderie ou un centre de loisirs. Les prestations familiales versées par la CAF (ou la MSA) et en particulier la PAJE, doivent être déduites des frais engagés pour calculer le crédit d’impôt.
 
Le crédit d’impôt est égal à 25 % des sommes versées dans la limite de 2300 € , soit un crédit d’impôt maximum de 575 € par enfant. A noter qu’à compter de 2005, si le parent est non imposable ou paye moins d’impôts que le montant de ce crédit, il peut être remboursé de cette somme.
 
Plus d’information : http://www.impots.gouv.fr
 

Share via