Étiquette : bilan

Pouvez-vous bénéficier de la prime au fioul ?

 Pour le chauffage et la production d’eau chaude de leur habitation, beaucoup de ménages utilisent le fioul. Cette énergie domestique offre de nombreux avantages mais présente actuellement pour inconvénient principal un prix qui ne cesse d’augmenter.

Avec la hausse des prix du pétrole qui se répercute directement sur le prix du fioul, bon nombre de ménages voient leur budget chauffage exploser. En effet au début du mois de novembre, le fioul a encore vu son prix augmenter et cette fois-ci de 15%. C’est pour alléger la facture des ménages les plus modestes que l’aide dite « à la cuve » a été reconduite et revalorisée.

La prime au fioul

Depuis le 1er janvier 2008, la prime au fioul est revalorisée. Elle voit son montant doubler par rapport aux années précédentes puisqu’elle passe de 75 euros à 150 euros.

Les conditions d’obtention de la prime au fioul

Cette aide est exclusivement réservée aux ménages non imposables.
Ceux-ci doivent se chauffer au fioul et avoir demandé une livraison de fioul entre le 10 novembre 2007 et le 30 janvier 2008.
Pour pouvoir bénéficier de cette aide, les ménages demandeurs doivent faire parvenir avant le 30 juin 2008 à la trésorerie mentionnée sur leur avis d’impôt sur le revenu, les documents suivants :

– un avis de non imposition délivré par l’administration fiscale 

– une copie de la facture justifiant de l’achat ou de la livraison de fioul domestique, d’un montant minimum de 150 euros, établie entre le 10 novembre 2007 et le 31 janvier 2008 pour les logements individuels

– un certificat du bailleur attestant du mode de chauffage au fioul pour les logements collectifs

– un formulaire complété qui est à retirer auprès du Trésor public ou sur les sites Internet www.minefe.gouv.fr ou www.impots.gouv.fr ;

– un RIB (Relevé d’identité Bancaire) ou un RIP ou RICE au nom du demandeur.

 

Cette mesure, mise en place par le ministère de l’économie, des finances et de l’emploi, constitue une réponse concrète qui est apportée par le gouvernement pour permettre aux ménages les plus modestes de faire face à l’augmentation des dépenses de chauffage dans le contexte de hausse du prix des produits pétroliers.
Plus de 680 000 foyers devraient bénéficier de cette prime, pour un montant global de 100 millions d’euros.

En application du dispositif voté dans le cadre de la loi de finances rectificative pour 2007, les industries pétrolières contribuent, par l’intermédiaire d’un « fonds social », au financement de ces aides.

 


Le diagnostic gaz est obligatoire depuis le 1er novembre 2007

Depuis le 1er novembre 2007, un diagnostic gaz est nécessaire pour toute transaction immobilière d’un bien à usage d’habitation disposant d’une installation de gaz de plus de 15 ans. Ce diagnostic dont la validité est limitée à 3 années, permet à l’acquéreur d’éviter un recours pour vice caché contre le vendeur d’un bien à usage d’habitation .

 

Quels sont les bâtiments concernés ?

 

Le diagnostic gaz est imposé aux vendeurs  de tous les biens à usage d’habitation : maison, parties privatives à usage d’habitation d’un immeuble, d’une résidence et leurs dépendances.

 

En quoi consiste ce diagnostic ?

 

Le diagnostic doit dresser l’état

 

– des appareils fixes de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire, mettant en oeuvre un moteur thermique alimenté par le gaz

 

– des tuyauteries fixes d’alimentation en gaz et leurs accessoires

 

– des aménagement des locaux où fonctionnent les appareils à gaz qui permettent l’aération de ces locaux et l’évacuation des produits de combustion.

 
 

Par qui est réalisé ce diagnostic ?

Jusqu’au 1er novembre 2007, le diagnostic était réalisé par un technicien qualifié.

 

Depuis le 1er novembre 2007, seul un technicien certifié par un organisme accrédité par le Comité français d’accréditation (COFRAC) est autorisé à réaliser ce diagnostic. Cette analyse ne nécessite pas un démontage des éléments des installations.

 

Les anomalies constatées à l’occasion de la visite doivent être signalées au client.

 

Après son analyse, il remettra à son client un document attestant que l’ installation de gaz est en règle au regard de ces obligations sous peine de se voir exposer à des sanctions pénales.

 

Sanctions encourues par le propriétaire en cas de non réalisation du diagnostic

 

En l’absence de réalisation de diagnostic de l’installation intérieure de gaz lors de la signature de l’acte de vente notarié, le vendeur ne peut s’exonérer de la garantie des vices cachés correspondante.

 

Néanmoins, posséder l’un des documents suivants, dès lors qu’il a été établi depuis moins de 3 ans à la date à laquelle l’état doit être produit, exonère le propriétaire de son obligation de diagnostic :

 

– le certificat de conformité aux règles techniques et de sécurité effectué par un organisme agréé

 

– le diagnostic réalisé avant le 1er novembre 2007 par le distributeur de gaz.

 

Le diagnostic gaz, une partie du dossier de vente

 

En outre, depuis du 1er novembre 2007, tout propriétaire qui vend un bien à usage d’habitation doit fournir un dossier de diagnostic technique qui sera annexé à la promesse de vente ou à l’acte de vente notarié.
Ce dossier de diagnostic rassemble l’ensemble des constats ou états relatifs à l’amiante, au plomb, aux termites, aux risques naturels et technologiques, à la performance énergétique et aux installations intérieures de gaz et d’électricité.

 

Ce dossier de diagnostic technique qui alourdit fortement les obligations du vendeur vise à protéger l’acquéreur d’un bien contre toute forme de vice caché.


Les 5 étapes de la gestion de budget

Une méthode, des outils et un peu de persévérance, permettent à tous ceux qui le souhaitent de gérer précisément leur budget familial au jour le jour et tout au long de l’année !

Gérer son budget peut paraître parfois laborieux mais c’est indispensable pour toujours connaître sa situation financière réelle et prendre son argent et son avenir en main…

 

1) Faire un bilan de vos revenus et dépenses

La première étape d’une gestion de budget consiste à comprendre et reconstituer vos revenus et dépenses habituelles sur un mois.

En à peu près une heure et à l’aide de vos relevés bancaires, vous devez ainsi détailler vos revenus et vos dépenses. Regroupez les par catégories : salaires, allocations, alimentation, logement, transport, eau, électricité…..Précisez les  dépenses qui sont fixes et celles qui sont variables.

Extrapolez ensuite ces informations sur l’année en modifiant les postes qui ne sont pas réguliers. Certaines dépenses sont tous les deux mois, d’autres annuelles.

Vous avez ainsi un bilan financier de votre foyer précisant les grands postes de revenus et de dépenses.

 

 2) Etablir un budget prévisionnel

 A partir de cette synthèse, vous établissez un premier budget prévisionnel complet et précis pour une période déterminée, souvent d’une année, en précisant mois par mois les différents postes de revenus et dépenses.


Vous devez hiérarchiser les dépenses et déterminer celles qui sont fixes et celles qui sont variables et sur lesquelles vous pouvez avoir une action. C’est le plus souvent sur ces dépenses que vous allez devoir faire des choix budgétaires, tels que les budgets sortie, habillement, vacances…

N’oubliez pas d’associer à la réalisation du budget toutes les personnes concernées par celui ci et d’obtenir leur adhésion. Il sera ensuite plus facile de leur demander de le respecter s’ils comprennent l’ensemble du budget à court et long terme.

 
Faites un premier budget théorique dans le prolongement de vos habitudes de consommation et d’épargne actuels.
Précisez ensuite vos objectifs financiers au quotidien, annuels en intégrant vos vacances par exemple mais également à long terme tels que la préparation de la retraite, l’achat d’un logement, le remboursement de crédits ou encore la réalisation d’une épargne de précaution. Revoyez le cas échéant votre budget prévisionnel en intégrant ces objectifs.
 
Votre budget prévisionnel final sera celui qui vous servira de guide et auquel vous vous réfèrerez. Il doit bien évidemment être équilibré c’est à dire que les recettes doivent être supérieures ou égales aux dépenses et aux placements cumulés. Si les dépenses sont supérieures aux recettes vous devez revoir votre budget prévisionnel et chercher des solutions pour l’équilibrer… Il s’agira généralement soit de réduire les dépenses, soit de revoir votre mode de vie, soit encore de trouver des revenus ou des ressources nouvelles.
 

3) Suivre ses dépenses et respecter son budget

Vous devez ensuite noter quotidiennement toutes les dépenses faites dans le foyer ou faire très régulièrement un bilan financier à partir de vos relevés bancaires.

Cette étape peut être un peu longue au départ mais elle devient rapidement automatique pour ne prendre que quelques dizaines de minutes par semaine. Elle peut être faite à partir des tickets de carte bancaire que l’on renseigne, du carnet de chèque dont la souche a été complétée et des tickets de caisse gardés.

Chaque mois vous devrez faire un bilan des revenus et dépenses et le comparer avec le prévisionnel. Si vous constatez un dérapage, il s’agira alors d’analyser le problème et de corriger la tendance dès le mois suivant…

Pour être efficace cette méthode doit être strictement suivie surtout au début. En constatant que vous respectez votre budget et donc que les objectifs que vous vous étiez fixés seront atteints, vous apprécierez rapidement la méthode et cela vous encouragera à la poursuivre…
 
 

4) Mettre de l’argent de coté

 En gérant votre budget vous suivrez également la trésorerie de vos comptes…Vous pourrez ainsi vous assurer qu’aucune opération irrégulière n’a été enregistrée et que vous ne risquez pas d’être ponctuellement à découvert.

Par ailleurs, une gestion sereine implique de pouvoir épargner régulièrement. Il est recommandé d’organiser ses finances et d’ouvrir des comptes spécifiques, plan, livret ou produit de placement pour distinguer la nature de votre épargne. Vous aurez ainsi moins la tentation de dépenser les sommes épargnées si elles ne sont pas sur votre compte courant.

N’oubliez pas qu’un budget familial peut être soumis à des imprévus, avoir une somme de côté en cas de coups durs est plus que nécessaire. Ayez une vision à long terme : prévoyez en avance les grosses dépenses que vous pourrez avoir dans quelques années : le financement des études des enfants par exemple.
D’autre part vous pouvez également mettre en place des placements adaptés à vos objectifs financiers avec par exemple des plans à long terme pour préparer votre retraite.

 
 

5) Faire un bilan et savoir se faire plaisir

 A la fin de la période, à la fin de chaque mois et en fin d’année, vous devrez faire un bilan global. Il permettra de faire une nouvelle analyse de la situation de s’appuyer dessus pour établir le budget de l’année suivante…

Il est indispensable de réserver une petite part de votre budget aux loisirs, plaisirs et impondérables. Vous ferez votre budget avec plus de plaisir et le respecterez plus facilement si vous constatez que vous pouvez aussi vous faire plaisir même en gérant… et "Craquer" de temps en temps est normal, mais sachez mesurer vos coups de folie…


La gestion gratuite et sécurisée de vos comptes en ligne…

Pour une gestion de vos comptes simplifiée, l’équipe de Budget Facile vous offre la possibilité de gérer gratuitement et en toute confidentialité vos comptes, grâce à notre Livre de compte en ligne. Vous avez ainsi la possibilité de suivre quotidiennement vos comptes et les analyser avec les tableaux et outils qui vous sont proposés. L’accès à votre livret de compte est bien sûr strictement personnel et vous seul y avez accès. Alors n’attendez plus et créez votre Livre de compte sur Budgetfacile.

Share via