Étiquette : budget

chaudière budget chauffage économies énergies

Changer ma chaudière : Quelles aides ? Quel budget ?

Aujourd’hui il existe plusieurs aides pour inciter les particuliers à remplacer leur chaudière. C’est une bonne chose et il faut en profiter, mais on a parfois l’impression d’un vrai labyrinthe dans lequel il est difficile de se retrouver.

Le crédit d’impôt, l’Eco-PTZ,  la TVA à taux réduit, les conditions de ressources ou pas ? En effet, beaucoup de questions se posent avant de démarrer les travaux ! Autrement dit, pour s’y retrouver faisons le point et pausons-nous les bonnes questions.

Tout d’abord sur le plan financier, mon budget peut-il me le permettre ?

Synthèse des aides et pour quelles chaudières ?

Les coups de pouce financiers mis en place pour le remplacement et l’installation d’une chaudière sont nombreux et sont là pour aider votre budget. Cependant il faut être vigilant car tous les équipements ne sont pas éligibles et les aides sont parfois dépendantes des conditions de revenus.

Partant de ce fait, voici un tableau synthétique  des éventuelles aides :

Crédit d’impôtPrime énergieAnahÉco-PTZTVA taux réduitAides locales
Conditions de revenusSans conditionsOuiOuiSans conditionsSans conditionsOui
Chaudière gaz à condensationOuiOuiOuiOuiOuiOui
Chaudière à fioul basse températureNonNonOuiOuiOuiOui
Chaudières à micro-cogénération gazOuiOuiOuiOuiOuiOui
Chaudière à bûches OuiOuiOuiOuiOuiOui
Chaudières à granulésOuiOuiOuiOuiOuiOui
Chaudières automatiques à plaquettesOuiOuiOuiOuiOuiOui
Chaudières automatiques à granulésOuiOuiOuiOuiOuiOui

Changer sa chaudière à quel prix ?

Pour changer sa chaudière, il faut prévoir avant tout un budget conséquent. Dans ce budget il faut envisager l’achat du matériel mais aussi la pose. Il faut également prévoir le coût d’entretien, la maintenance et les factures d’énergie (gaz, fioul, bois,  etc …).

Le premier conseil est de faire un bilan énergétique avec l‘ADEME.  Il suffit donc de vous présenter dans une de leur agence muni de vos dernières factures d’énergie. Un conseiller de l’ ADEME fera gratuitement une analyse de vos dépenses d’énergie et fera des préconisations à l’appui de vos factures présentées.

Cette étude sera ainsi personnalisée en fonction de votre lieu d’habitation, de l’énergie consommée,  de la composition de la famille etc…

Il ne faut pas oublier que la dépense peut aller de 3 000 € à 20 000 € (hors aides financières) suivant les travaux. De ce fait, réaliser plusieurs devis par des professionnels est primordial . Quoi qu’il en soit, pour obtenir ces aides, les travaux doivent être effectués obligatoirement  par un artisan ou une entreprise du bâtiment détenant la mention RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Les aides sans condition de ressources

Le CITE : Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique

Comment ça fonctionne et pour qui ?

Le CITE est un dispositif fiscal qui permet à tous y compris les ménages non imposables, d’être remboursés à hauteur de 30% des sommes engagées.

Ce crédit d’impôt s’applique pour les propriétaires de leur maison individuelle mais aussi pour le remplacement de chaudière en immeuble collectif à condition que cavec e soit votre résidence principale.

Pour obtenir le crédit d’impôt, vous devrez après cela indiquer le prix du matériel sur votre déclaration de revenus (case spécifique) l’année après les travaux.

Le CITE est cumulable avec l’éco-PTZ (prêt à Taux Zéro) et ce sans condition de ressources. Vous cumulez l’avantage également avec la TVA réduite.

Y a t’il des plafonds de dépenses ?

A l’heure actuelle, ce crédit d’impôt porte sur une limite de dépense :

  • par période de 5 années consécutives.
  • pour un montant limité à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple (imposition commune).
  • avec majoration de 400 € par enfant à charge (200 € si garde alternée).

Quelles chaudières sont éligibles ?

Plusieurs types de chaudières entrent dans le cadre :

  • d’une part la chaudière à gaz à haute performance énergétique.
  • d’autre part la chaudière à très haute performance énergétique utilisant le fioul.
  • ensuite la chaudière à micro-cogénération gaz.

Important :

  • le prix de la pose n’entre pas dans le calcul de la dépense.
  • les chaudières au fioul à haute performance énergétique et celles à basse température n’entrent pas dans le dispositif non plus.

Le projet de loi de finances pour 2019

Ce projet prévoit la reconduction du crédit d’impôt. Par ailleurs, il prévoit le crédit d’impôt pour le remplacement des chaudières au fioul alimentées par une autre source d’énergie.

La dépose de la chaudière au fioul (coût d’environ 1 000 €) serait aussi prise en compte. Elle donnerait un crédit d’impôt de 50 % de la dépense.

L’éco-PTZ pour envisager une telle dépense

Définition

L’éco-PTZ est un emprunt sans intérêt distribué par les banques :

  • le montant plafonné à 30 000 € maximum.
  • il est remboursable sur 15 ans maximum.
  • il est sans condition de ressources.
  • les travaux sont réalisés par un professionnel (qualification RGE).
  • tous les logements de plus de 2 ans pourront bénéficier du remplacement d’une chaudière seule.
  • le prêt est utilisable désormais pour changer sa seule chaudière. Jusqu’à présent, il fallait faire un bouquet de travaux de rénovation énergétique pour profiter ce prêt.

Pour quelles chaudières ?

Certaines catégories de chaudières sont éligibles :

  • les chaudières à condensation
  • les chaudières micro-génération à gaz
  • les pompes à chaleur air-eau
  • les pompes à chaleur géothermiques
  • ainsi que les chaudières à bois

Prenons le cas des travaux pour 11 000 €, le prêt éco-PTZ sur 10 ans représentera des mensualités de 91,67 €. L’investissement de départ peut paraître important mais vous permettra un  gain non négligeable sur vos futures factures d’énergie et certainement sur votre budget.

Comment faire sa demande d’éco-PTZ ?

Il faut en revanche vous présenter dans un établissement bancaire qui est partenaire de l’Etat :

  • faire obligatoirement la demande avant le début des travaux.
  • effectuer pour commencer,  des devis auprès de professionnels certifiés RGE.
  • l’artisan choisi devra remplir le « formulaire type-Devis ».
  • à la fin des travaux, l’artisan devra ensuite remplir le « formulaire type-Facturation »
  • remettre le document et les factures à l’établissement prêteur dans les 24 mois suivant la date de l’offre de prêt.

L’éco-PTZ est compatible avec toutes les autres aides tel que le crédit d’impôt, la TVA réduite, l‘ANAH, la Prime énergie.

La TVA à taux réduit pour qui ?

Il y a plusieurs conditions pour obtenir une TVA à taux réduit :

  • le logement doit être achevé depuis 2 ans.
  • de plus, le logement doit être affecté à l’habitation (pas de local professionnel).
  • enfin, l’installation doit être réalisée par une entreprise.

La TVA à 10 % ou 5 % pour une chaudière neuve ?

  • Le taux de TVA à 10 % s’applique pour les chaudières au gaz ou au fioul à basse température ou à condensation.
  • Le taux de TVA à 5,5 % s’applique pour les chaudières qui respectent des critères de performance énergétique.

Les aides sous conditions de ressources

La prime Energie

Ce coup de pouce entend aider les ménages les plus modestes. Il est fonction des niveaux de ressources des demandeurs. Un simulateur est à votre disposition.

L’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat)

Le programme « habiter mieux » est une aide financière pour aider la rénovation thermique de logements. Elle vise entre autres à aider les propriétaires occupants à financier le changement de chaudière.

Un simulateur est à votre disposition.

Les aides locales

Certaines régions, départements, intercommunalités ou communes  ont la possibilité d’attribuer des aides complémentaires aux aides nationales.

Les informations sont consultables sur le site ANIL


Mieux gérer son budget, facile !

Vous vous demandez, chaque fin de mois, ou est passé votre argent…Pourtant, vous avez la sensation d’avoir été raisonnable dans la gestion de votre budget familial et  vous êtes encore à découvert ! Vous vous posez la question de savoir comment font les autres pour mettre de l’argent de coté ?

Sachez que vous n’êtes pas un cas isolé et nombreux sont ceux qui sont dans votre cas.
Ne vous résignez pas, voici quelques conseils pour prendre votre budget en main.
Quels que soient les revenus ou la composition de la famille, nous avons chacun d’entre nous une relation spécifique avec l’argent qui rend sa gestion plus ou moins facile et peut parfois nous rendre insatisfait… Avoir un budget équilibré n’est pas forcement lié au montant des revenus mais plutôt à la méthode choisie pour le gérer.

La gestion de budget

Pourquoi faire ?

Gérer son budget est tout d’abord utile car cela permet à tout moment de connaître sa situation financière sans (mauvaise !) surprise, ni stress.

Cela permet ainsi d’anticiper les évolutions financières de ses comptes et évite à certains de s’inquiéter à chaque fin de mois.

Mieux gérer son budget permet de gagner de l’argent.

Cela évite de payer des agios qui coûtent chers, de payer des taux d’intérêts très élevés avec des crédits mal étudiés et enfin cela permet de placer judicieusement son argent et de le faire fructifier.

Mieux gérer son budget permet également d’être prudent.

Personne n’est à l’abri d’un imprévu ! Un accident de la vie, une dépense non anticipée comme une contravention à payer ou la machine à laver à remplacer. La situation peut vite s’aggraver si on n’a pas un peu d’argent de coté…

Enfin bien gérer son budget c’est savoir aussi se faire plaisir

Planifier un cadeau, emmener la famille en vacances ou encore en s’acheter un scooter.

Ce qu’il faut, c’est mettre en place une méthode pour gérer et suivre son budget. Cette solution est indispensable pour prendre en main son argent et son avenir.

Un budget prévisionnel…

La première phase de la gestion de son budget consiste à faire une analyse rapide de son budget actuel.

En une heure et à l’aide de vos factures et relevés bancaires vous déterminez mois par mois, le montant des vos revenus et dépenses.

A partir de ces chiffres vous établissez un tableau des dépenses et recettes prévisionnelles. Vous établirez ce budget prévisionnel sur une année.

Un équilibre à trouver

D’une façon générale les gens ont tendance à dépenser plus qu’ils ne gagnent et  souvent quelque soit leur niveau de revenu… Vous connaissez sûrement des foyers très aisés qui sont constamment à découvert.

Le budget prévisionnel permet ainsi de prendre véritablement conscience du poids des différents postes de dépense. Il est nécessaire de chercher un équilibre entre recettes et dépenses.
Dans notre société de consommation, il est difficile de faire face à la tentation… Il faut donc prendre conscience que l’on ne peut pas tout faire. On ne peut pas tout acheter au risque de se mettre dans des situations périlleuses…

La répartition du budget familial : une affaire de famille

Organiser un budget est une affaire familiale ou au moins conjugale.

Au moment où vous organisez votre budget familial, il est important de prendre en compte les nécessités et envies de chacun des membres de la famille, même si on ne peut toutes les satisfaire.
Cette étape de discussions autour du budget familial, est l’occasion d’échanger entre les conjoints et parfois avec les enfants des objectifs financiers du foyer.
Partager une même vision de l’avenir permet de s’assurer de la participation de tous aux efforts à mettre en place.

Se fixer des objectifs

Après avoir précisé les priorités du budget familial, il faut établir un budget prévisionnel précis.
Il faudra s’efforcer, par tous les moyens, de le respecter et surtout de ne pas le dépasser.
Inutile de se fixer des objectifs trop difficiles à atteindre car vous devriez ensuite revoir vos objectifs à la baisse face aux réalités financières.
Choisissez judicieusement les postes de dépenses que vous allez restreindre et respectez les !

Apprenez à vous connaître !

Si sur certains postes, vous vous savez prêts à faire des efforts, sur d’autres, vous savez que ce sera difficile.
Le risque de se fixer des objectifs irréalistes est alors celui de la cocotte minute… A force de se mettre sous pression, il y a risque d’explosion et donc d’atteindre un résultat inverse…
En revanche, en planifiant des objectifs réalistes, la satisfaction de les atteindre renforce la motivation…
En établissant ses choix budgétaires en conséquence, on peut parfaitement avoir les moyens de s’offrir un petit plaisir de temps en temps…

Prendre son argent en main

En élaborant le budget et en précisant les recettes et dépenses, vous pourrez ensuite en fonction de vos objectifs, déterminer les postes sur lesquels vous pouvez agir…
Faut-il plutôt augmenter les recettes ce qui n’est pas toujours facile mais parfois possible ou diminuer les dépenses ?

En effet, certaines dépenses sont fixes telles que le logement et les assurances.

D’autres par contre sont en partie variables telles que l’alimentation ou la santé.

D’autres encore sont occasionnelles ou ponctuelles comme l’équipement de la maison, l’habillement et les vacances. Vous pourrez plus facilement agir sur celles là.

Prendre conscience de la valeur de l’argent…

Dans nos sociétés, les tentations sont tellement fortes que tout semble possible et qu’il est difficile de se rendre compte de la valeur de l’argent.
L’une des clefs de la gestion d’un budget est de reprendre conscience de la valeur de l’argent au regard du temps de travail et des efforts à faire pour le gagner…

Il suffit bien souvent de rapprocher une dépense du coût de l’heure de travail…
Prenons l’exemple d’un salarié qui gagne 9,88 € de l’heure et qui achète un jean à 100 €…
Si l’on fait le calcul, on se rend compte que se faire plaisir avec le dernier jean à la mode, représente environ 10 heures de travail, soit plus d’un jour d’activité…
Cet achat prend donc une toute autre « valeur » et l’on appréciera d’autant plus à porter ce pantalon…
Cet argument vaut également pour la dernière télévision à 700 € qui représentera deux semaines de travail !
Ce calcul doit être fait en fonction de vos revenus et de votre temps de travail.

Pour être précis, il faut considérer votre revenu disponible, c’est à dire le revenu net (une fois toutes les charges payées) auquel il faut soustraire les frais liés au travail tels que les frais de déplacement et d’habillement.
Il faut également pour être complet prendre en considération le temps réel consacré au travail y compris les temps de déplacement par exemple…
On s’aperçoit alors parfois que ce n’est peut-être pas 9,88 € de l’heure que l’on gagne, mais seulement 7,50 €…

Savoir faire des économies et gérer ses comptes…

Il est parfois nécessaire de diminuer ses dépenses pour équilibrer ses comptes.

Astuces

On oublie souvent que l’on peut faire de nombreuses économies sans se restreindre trop fortement, simplement en regardant nos dépenses quotidiennes :

  • éteindre les lumières
  • préférer les douches aux bains
  • choisir des produits alimentaires sans marque
  • éviter la dernière innovation technologique…

Epargner

Une bonne gestion financière implique également d’avoir un peu d’épargne pour faire face aux imprévus, se donner les moyens d’atteindre ses objectifs et ne pas payer d’agios.

Plutôt que de laisser ces sommes sur votre compte courant où la tentation peut être grande de les dépenser, il est conseillé de les placer sur un livret rémunéré.
Vous pouvez ouvrir ces livrets dans votre banque et effectuer un virement de votre compte courant à votre livret.Ces virements sont gratuits.
L’avantage d’ouvrir un compte sur livret vous permet d’une part de faire fructifier votre argent grâce aux intérêts et d’autre part de mettre une partie de votre argent à l’abri en cas de coup dur.
Vous pourrez ainsi verser chaque mois des sommes variables ou fixes pour vous « forcer » à mettre de l’argent de coté.
Préférez le virement en début de mois plutôt qu’en fin de mois lorsque le compte est moins rempli…

Idée

Vous pouvez également avoir un livret spécifique pour anticiper les grosses dépenses et répartir certaines dépenses sur l’année en versant régulièrement une provision : 40 € par mois pour remplir la cuve de fuel, 100 € pour remplacer la voiture, 50 € pour préparer les vacances, 50 € pour financer les études des enfants et 70 € de réserve…

Epargner c’est bien, mais attention à ne pas risquer de payer des agios assez élevés sur le compte courant si vous n’y laisser pas assez de liquidités, contre un taux d’intérêt faible de 0,50% à 1,25% sur les livrets (selon votre situation et les produits)…

Les 5 étapes de la gestion budgétaire

clés pour un premier logement calculer son budget

Premier appartement, comment estimer mon budget ?

Que ce soit pour faire des études ou pour s’établir dans la vie, prendre un premier appartement en location est une étape importante et doit être minutieusement préparée pour ne pas réserver de mauvaises surprises.

Pour se faire il est indispensable d’établir un budget qui devra estimer au plus juste tous les postes de dépenses à prévoir.

Si pour les personnes déjà installées  il est plus facile de faire cet exercice en fonction des mois précédents, les jeunes qui ont moins d’expérience ont souvent beaucoup de mal à évaluer de combien ils auront besoin pour vivre chaque mois.

Nous leur recommandons donc de prendre une feuille papier et d’établir avec quelqu’un de plus expérimenté leur budget prévisionnel.

Ci-dessous nous avons listé les principaux postes de dépenses habituels pour une première installation. Cette liste est bien évidemment à compléter des dépenses spécifiques qui seraient identifiées.

Les honoraires d’agence

Avant de trouver un logement il faut le chercher, des coûts sont donc à prévoir pour cette recherche (déplacement, logement provisoire etc…) et selon les opportunités, des frais de mise en relation ou des honoraires d’agence qui se présenteront. Ce poste est estimés entre 0 et 375 €.

Il existe un plafonnement des honoraires d’agence à la charge des locataires correspondant à :

  • 15 € par mètre carré de surface habitable en zone très tendue et notamment la région parisienne
  • 13 € par mètre carré en zone tendue
  • 11 € pour le reste du territoire.

On considère qu’un studio a une surface de 15 à 28 m².

Le loyer

C’est souvent le poste le plus important et il est très variable d’une ville à l’autre et il peut être allégé dans le cas d’une colocation car le loyer est divisé entre les co-locataires.

Compter pour la location d’un studio 420 € à Toulouse, mais 670 € à Paris et 360€ à Brest. Il est donc important de bien étudier ce poste.

Pour alléger ce poste, il est souvent possible de bénéficier d’aides au logement quand on n’a pas eu de revenus ou des  revenus faibles.

A noter les jeunes qui sont encore dépendants de leurs parents peuvent également bénéficier d’aides au logement quel que soit le revenu de leurs parents mais à condition que ceux ci ne paye pas l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) et qu’ils ne touchent pas d’allocations familiales pour l’enfant (sinon faire un choix).

Cela vaut donc la peine de se renseigner et de faire une simulation sur le site de la CAF.

Le dépôt de garantie

Il s’élève à un mois de loyer. Ce n’est pas vraiment une charge, car il est restitué à la fin du bail si le logement est rendu en bon état mais il faut l’anticiper dans un budget d’autant qu’il faut le payer avant d’entrer dans les lieux.

Les charges locatives,

Elles sont souvent payées au propriétaire dans un poste appelée « provisions pour charges » car c’est souvent une somme qui est payée par anticipation chaque mois et qui est régularisée (chaque année ou à la fin du bail) en fonction des charges réelles.

Elles comprennent normalement l’eau froide, les taxes pour les ordures ménagères et l’entretien de la résidence, mais peuvent comprendre d’autres postes comme le chauffage ou des services de lingerie ou d’accès à une salle de sport. Il faut demander le détail au propriétaire.

Ces charges sont estimées au début du bail et il faut rapidement vérifier qu’elles ne sont pas sous évaluées au risque de devoir payer une somme importante lors de la régularisation lors du calcul des charges réelles.

On peut les estimer pour une personne seule de 25 € à 40 € par mois (hors chauffage) selon le niveau de service de la résidence et la consommation d’eau.

L’assurance habitation

Elle est obligatoire. Il faut compter 6 à 8 € par mois mais elle est souvent payée par trimestre ou annuellement.

La taxe d’habitation

Bien souvent oubliée lors des premières locations, elle est néanmoins due par toute personne qui occupe un logement au 1er janvier. Elle est à payer d’octobre à décembre de l’année suivante, même si vous n’occupez plus le logement.

Elle est évaluée sur la base d’une valeur locative spécifique à chaque commune ; pour une estimation on peut compter aux alentours d’un mois de loyer.

Électricité et chauffage

Tout va dépendre de la qualité de votre logement et de la température que vous souhaiterez,

Avec l’abonnement et la consommation compter en moyenne 30 € par mois, mais surveillez vos consommations pour vous assurer de rester dans votre budget.

Internet et téléphone

Il faut compter environ 10 à 15 € par mois pour un forfait mobile 4 G.

Si on a besoin d’une box pour internet et /ou la TV il faut en plus prévoir un abonnement de 20 à 30 € par mois. Attention aux frais liés ; s’il n’y a souvent pas de frais pour l’ouverture d’un compte, il y a souvent des frais de résiliation, de l’ordre de 50 €.

Équipement du logement ou louer un meublé ?

Parfois louer un meublé peut s’avérer un bon deal surtout quand on doit déménager loin et pour de courtes durées. Généralement on estime que les meublés ont un surcoût de l’ordre de 25 à 35 € par mois.

Si on décide de s’équiper, c’est un poste très variable selon que l’on récupère des meubles usagés ou si on les achète dans une grande surface.

Se faire un joli cocon est sympathique et nécessaire, mais a un coût que l’on peut estimer entre 50 € et 1000 € (lit, table et chaises, bureau et fauteuil, armoire et étagères, vaisselle et linge de maison…)

Que prévoir comme autres charges ?

Au-delà de la partie logement d’autres frais sont à prévoir tels que Frais de scolarité, Transport, Santé / Mutuelle, Alimentation, Loisirs et sorties, Habillement et Esthétique…

Ils sont également à chiffrer avec précision consulter l’article quel est le budget moyen à prévoir pour un étudiant.

 

Synthèse pour calculer le budget d’un studio indépendant

Charges ponctuelles

Ponctuellement dans l’année

Pour moi

Dépôt de garantie un mois de loyerA l’entrée dans les lieux

350 € à 670 €

Taxe d’habitation pour ceux qui occupe le logement au 01/01En général à payer au mois de novembre suivant

350 € à 670 €

Frais de résiliation de la boxA la sortie de l’appartement

0 à 50 €

Equipement de l’appartementA l’entrée dans les lieux si non meublé

50 à 1000 €

Frais de recherche et honoraires d’agenceA l’entrée dans les lieux

0 à 375 €

Total

750 à 2 765 €

 

Budget mensuel

Moyenne mensuelle

Pour moi

Loyer studio

350 € à 670 €

Charges locatives par personne

25 à 40 €

Assurances de l’appartement

6 à 8 €

Électricité et chauffage

25 à 40 €

Forfait mobile

10 à 20 €

Box internet TV

0 à 30 €

Surcoût meublé

0 à 35 €

TOTAL mensuel

420 à 843 €

 

 

 

 

 

 

 

 


caddie supermarché - faire courses d'alimentation -budget famille

Comment diminuer votre budget alimentation ?

Le budget alimentaire représente environ 15  % du budget des  ménages. Si le budget alimentation moyen par mois atteint 385 € pour un couple, il monte à 473 € par mois pour un couple avec enfants.

Ce budget qui est le troisième poste le plus important pour un foyer, après le logement et les transports. Il peut être réduit de façon significative en adoptant les bons réflexes :

Avant de faire vos courses :

La règle d’Or : Élaborez  les menus de la semaine et faites une liste

Élaborez les menus de la semaine, puis faites une liste les aliments nécessaires à leur préparation. Vous achèterez la juste quantité. Vous ne serez pas inquiet de vous retrouver devant un frigo vide. Vous éviterez les coups de cœur ou les solutions de facilité (comme un plat préparé souvent bien plus cher ou une pizza livrée) souvent lourds pour le porte monnaie…

De plus, en prenant le temps de la réflexion vous pourrez trouver des recettes peu chères, faciles et rapides à préparer. Elles seront sûrement délicieuses et vous permettront de faire des économies sans vous  priver.

La différence sur un panier peut de cette façon aller du simple au double.

Etudiez vos tickets de caisse et fixez vous des objectifs

On se rend compte que l’on dépense naturellement toujours plus ou moins la même chose sur un mois !
Étudier ses tickets de caisse est source d’enseignements. Sachez distinguer les divers postes de dépenses (viande, fruits, produits secs…) et comprenez ceux qui coûtent le plus cher et ceux qui peuvent ou doivent être diminués. Distinguez surtout vos courses alimentaires des autres dépenses (hygiène, accessoires, bricolage, vêtements) qui alourdissent très fortement votre caddy..

A partir de là, fixez vous des objectifs par semaine et faites un bilan chaque mois. Progressivement vous maitriserez mieux vos dépenses et vous pourrez modifier vos comportements pour faire en sorte de ne dépenser que ce que vous souhaitez.

Gérez les plaisirs par semaine et par mois

Il est normal de se faire plaisir en faisant des courses mais il n’est pas toujours utile, ni sain, de n’acheter que ce qui fait le plus plaisir…
On peut ainsi décider que les enfants n’auront qu’une bouteille de boisson sucrée par semaine ou qu’un pot de pâte à tartiner par mois… Ils l’apprécieront d’autant plus quand ils le savoureront.
On peut décider de recevoir ses amis d’une façon conviviale plutôt que de mettre les petits plats dans les grands…

Partez le ventre plein

II est important de partir faire ses courses le ventre plein. Lorsque l’on fait ses courses avec le ventre vide, comme beaucoup de monde on se laisse tenter et on a envie de tout ce que l’on voit dans les rayons. On achète beaucoup plus, des produits souvent plus élaborés comme des gâteaux et on finit par ne plus respecter notre liste de courses initiale.

N’emmenez pas les enfants

En effet, ils ont le don de nous attirer vers certains rayons et naturellement réclament toujours quelque chose qui n’était pas prévu au départ…
Difficile de leur résister et ces petits plaisirs coûtent finalement cher et entament largement le budget. Pour votre tranquillité et votre porte monnaie, il vaut mieux partir seul quitte à leur ramener une petite attention que l’on peut se permettre et qui leur fera tout aussi plaisir.

Consultez la famille et les voisins pour les achats en grosse quantités

Pourquoi ne pas proposer à des voisins, à la famille, aux amis de partager le coût de certains aliments achetés en grande quantité ? Les familles nombreuses connaissent bien le riz acheté en sac de 20 Kg, les cageots de pomme de terre achetés en début de saison ou encore les poulets congelés achetés par cartons de 20.
Comme vous, tout le monde sera ravi de faire quelques économies.

Où faire ses courses ?

Diversifiez vos approvisionnements

Les commerces le savent, les clients ont des habitudes de consommation et ils n’en changent pas facilement… Ainsi, à coté de quelques offres attractives et d’une communication générale sur les prix  parfois sans vrai réalité, les produits proposés ont des tarifs souvent exagérés dont on ne se rend même pas compte.

Diversifiez vos circuits d’approvisionnement pour profiter des avantages de chacun. Certains magasins sont bien placés sur les produits frais de saison, d’autres font des promotions spécifiques et ponctuelles sur les articles ménagers, d’autres encore ont un excellent niveau de qualité/prix… De plus, varier les circuits permet de comparer les prix, de trouver de nouvelles idées et de remettre en cause des habitudes… pourquoi ne pas en profiter…

Les marchés

Sur les marchés on peut trouver des légumes et des fruits de saison, de très bonne qualité et à prix raisonnable. On oublie parfois d’en profiter.
Préférez aussi les fins de marché : les prix sont à la baisse et vous pouvez même négocier.

Du producteur au consommateur

Ce nouveau circuit est en plein développement. Les producteurs vendent directement au consommateur, sans intermédiaire. C’est par exemple le fermier qui vend son quart de bœuf, le volailler qui vend ses produits en direct tous  les 1er mardi du mois ou encore les fermiers qui vendent «les paniers légumes».
Cela a plusieurs avantages : vous connaissez et êtes rassuré sur la provenance des produits, vous jouez la solidarité et vous bénéficiez souvent de prix tout a fait concurrentiel.

Le hard discount

Le hard discount peut s’utiliser pour les aliments de base comme la farine, les pâtes, le riz, le sucre, l’eau… Ces produits, affranchis d’une partie des frais de marketing, de publicité et d’emballage et distribués avec des infrastructures minimums vous coûteront 15 à 20 % moins chers que dans les grandes surfaces. De plus, ce sont dans les hard-discounts que la liste de courses est la plus respectée car le choix y est moins grand.

Les supérettes

Les supérettes sont à éviter autant que possible car elles pratiquent des prix élevés. Toutefois, si vous vous y rendez pour vous dépanner, pensez toujours à regardez le rayon frais, il n’est pas rare d’y trouver des remises de 20% voire 50% sur les produits frais avec des dates limites de consommation courtes.

Les grandes surfaces

Préférez celles qui sont près de chez vous cela vous fera faire des économies de transport et celles qui sont moins grandes, elles proposent moins de tentation.
Les grandes surfaces offrent diverses opportunités pour réduire son budget alimentaire, il faut seulement prendre l’habitude de les chercher et développer son œil de lynx.

  • Traquez les promotions, les bons d’achat.

En arrivant dans votre supermarché, pensez à regarder les offres promotionnelles affichées à l’entrée ou en tête de gondole. De plus, les grandes marques pratiquent souvent des offres promotionnelles particulièrement intéressantes ( trois produits pour le prix de deux, 20% de produit gratuit,…). Ces offres promotionnelles sont un bon moyen de faire baisser le prix de votre caddy seulement si les produits sont sur la liste de course évidemment !
Cependant attention à ne pas se faire avoir sur une promotion et à bien comparer les prix… Il arrive fréquemment que les prix affichés ne soient pas vraiment  intéressants et  les promotions affichées ne soient que de la publicité pour attirer le client…
Utilisez les sites en ligne qui, proposent des offres promotionnelles.
Pensez à jeter un coup d’œil sur les sites internet qui éditent des bons de réduction parfois très intéressants.

  • Créez une carte de fidélité.

Créer une carte de fidélité est souvent intéressant et très facile d’utilisation. Elles  vous donnent en proportion de vos achats, des chèques cadeaux ou des bons d’achat… Mais faites attention aux produits qui permettent de cumuler des points fidélité. Ces offres s’appliquent souvent sur des produits chers pour être finalement de fausses bonnes affaires.

  • Non aux cartes de crédit.

Evitez  les cartes qui font carte de fidélité et  « carte de crédit ». Les magasins feront tout pour vous en équiper car le crédit leur rapporte beaucoup d’argent.
Payer à crédit pourrait être très tentant et apparaître comme une solution de facilité pour  payer vos courses quotidiennes. Cela est à éviter absolument. Cela vous coûtera cher en intérêts. Ces dépenses seront plus difficile à suivre et à maitriser dans votre budget et surtout il n’est pas recommandé de payer des courses d’alimentation à crédit. Vous risquez de mettre le premier pas dans l’engrenage du surendettement. . On s’accorde le crédit à des biens d’équipement avec un remboursement étalé sur une période qui correspond à l’usage du produit ce qui n’est pas le cas de courses quotidiennes.

Comment faire ses courses ?

Respectez votre liste de course

La grande règle est de respecter la liste de course ou au moins de limiter les achats divers et spontanés. On se rend compte que le panier s’alourdit rapidement avec bon nombre d’articles divers, bien souvent non alimentaires et souvent pas très indispensables… On a finalement beaucoup trop de choses chez soi..

Comparez et comparez

Pour bien faire ses courses il faut être un consommateur averti et rien ne remplace le fait de comparer les prix.
La force de l’habitude fait que l’on oublie bien souvent de regarder avec précision les étiquettes mais on s’aperçoit que c’est avec les petits ruisseaux que l’on fait de grandes rivières. Rien ne vous empêche de vous faire plaisir avec des produits plus chers mais ce sera en toute connaissance de cause.

Les formats familiaux et les prix au kilo

Profitez autant que possible des formats familiaux surtout pour l’alimentation, en vérifiant bien les dates de péremption. Les formats familiaux affichent des prix au kilo très avantageux. C’est intéressant pour tout ce qui se conserve et en particulier les produits secs. Vous pouvez  également congeler bon nombre de produits frais.
Ne comparez pas le prix unitaire, mais regardez le prix au kilo ou au litre. C’est bien là que se fait la vraie différence. Regardez aussi pour les marques distributeurs, qui ne sont pas toujours aussi compétitives qu’on le croit.

Les fruits et légumes de saison

Enfin, privilégiez toujours les fruits et légumes de saison, vous y gagnerez dans votre budget et les produits sont souvent biens meilleurs.

Achetez des produits de base sans marque

Les produits de marque sont souvent beaucoup plus chers que ceux sans marque, hors promotion. Il est vrai que la qualité de certains produits préparés sans marque laisse parfois à désirer, mais pour les produits de base comme la farine ou le sucre, il n’y a aucune différence. Saviez vous que dans la plupart des cas, les produits discount et les produits de marque distributeurs proviennent des mêmes unités de fabrication ? Vous l’avez compris, dans ces cas là on ne paye que la marque.

Éviter les produits sur-conditionnés avec plusieurs étuis

Évitez les produits trop emballés car cela a forcément un coût.  Lorsque l’on achète un produits on paye son contenant et son packaging. Les boîtes et les enveloppes ont engendré un coût pour le fabricant et vous serez donc amené à « rembourser » ces frais. Evitez les produits trop conditionnés c’est également faire un geste pour la nature.

De retour à la maison

Mettez la main à la pâte et conservez

Si vous disposez d’un peu de temps, n’hésitez pas à confectionnez vous-même pains, biscuits, pâtes à tarte, pizzas, compotes, confitures, conserves, plats cuisinés…Vous verrez que vos gâteaux seront encore plus appréciés qu’un produit industriel et ne vous coûtera pas plus de quelques euros.
Vous pouvez souvent conserver plusieurs jours les produits, en faire des conserves ou encore congeler les surplus.

Organisez-vous et échangez

Pourquoi ne pas programmer un atelier cuisine dans la semaine pour vous avancer dans la préparation des repas ?  Demandez un coup de main à d’autres personnes dans la famille (un jour par enfant par exemple) ou encore faites des échanges en famille ou avec des amis…je te fais des lasagnes et tu fais une blanquette, je te fais la confiture de fraise et tu me donnes de la prune…).
A chacun sa recette mais le plus important est de réfléchir à son organisation pour ne pas être pris au dépourvu.

Mijotez de bons petits plats

Rappelez vous des bons plats mijotés de nos grands-mères. Ils étaient délicieux et peu coûteux… Cette façon de cuisiner est à décliner à la mode d’aujourd’hui avec des recettes qui font plaisir à tous et rapides à préparer.
De plus cela permet de cuisiner des bas morceaux délicieux à très peu de frais.

Ne jetez pas les restes

Pensez à accommoder les restes pour en jeter le moins possible. Par exemple avec quelques viandes restantes mélangez-les et faites-en des boulettes à poêler. Les enfants adorent et votre budget aussi ! Il existe aussi des sites internet qui vous propose des recettes en fonction de ce qu’il y a dans votre frigo, par exemple le site http://www.quecuisiner.fr/

Mangez moins de protéines

Il n’est pas nécessaire de consommer de la viande ou du poisson tous les jours. Ce sont des produits chers qui représentent une bonne part du budget alimentaire. Mangez-en une fois tous les deux jours et privilégiez d’autres apports tels que les oeufs et les produits laitiers. Cuisinez vos légumes le reste du temps… En soupe, en salade, en tartes, en gratin, assaisonnés… les recettes sont multiples et à explorer.

Mangez à la maison ou emmenez votre repas au travail.

Manger à la maison est l’idéal mais ce n’est pas toujours possible. De plus en plus de personnes préparent leur lunch-box à partir de leur frigo, à consommer dans un coin de l’entreprise ou dehors pour faire la pose.
Manger à la maison ou apporter son lunch-box, c’est moins cher et meilleur que la cafétéria ou le snack et en bonus vous pouvez économiser les tickets restaurants. De cette façon vous pourrez les utiliser pour les sorties le week-end.

En résumé, à vous de prendre de bonnes habitudes et trouver vos propres combines. Faire attention à son  budget alimentaire revient à faire attention à son budget personnel et familial. Avec ce qui restera, vous pourrez mettre de l’argent de coté ou encore vous faire plaisir …


Détecteur de fumée : C’est obligatoire

La loi prévoit que tous les locaux d’habitation doivent être équipés d’un détecteur de fumée.

Mais quel équipement acheter et qui doit l’acheter quand on est locataire ?

Qui doit payer le détecteur ?

C’est au propriétaire d’assurer l’équipement du détecteur de fumée.

Ainsi, en cas de locataire en place, le propriétaire peut :

  • Fournir et installer le détecteur de fumée
  • Fournir (le locataire installe)
  • Rembourser le locataire de la fourniture (le locataire installe).

Combien vaut un détecteur  de fumée ?

Le détecteur doit répondre aux normes NF EN 14 604 (inscription sur le détecteur).

Son prix est raisonnable (entre 10 et 20 €) surtout au regard des risques détectés (de l’ordre de 800 décès par an en lien avec un incendie de son habitation). Il n’est cependant pas nécessaire de dépenser plus (ça fait partie des bons réflexes de la bonne gestion du budget familial).

 Où l’installer ?

L’installation se fait au plafond, de préférence dans un couloir à proximité des chambres (le risque le plus grand étant pendant que les personnes dorment).

La vérification périodique du détecteur (sur piles) s’avère nécessaire (à la charge de l’occupant du logement).

Conditions à respecter pour les assurances

L’occupant du logement (propriétaire ou locataire selon le cas) doit adresser à son assureur une attestation d’installation du détecteur de fumée. Le texte est simple : « je soussigné, M. X, dont le contrat d’assurance habitation est le n° …, atteste avoir équipé le logement assuré d’un détecteur de fumée conforme aux normes NF EN 14 604. »

N’oubliez pas d’équiper votre logement d’un détecteur de fumée, c’est un modeste investissement pour une plus grande tranquillité.


Allocations familiales ou allocations logement ? pour votre enfant ,

Il faut savoir qu’il n’est pas possible pour les parents ayant un enfant étudiant à charge de disposer dans le même temps des allocations familiales et des allocations logement pour cet enfant. Il faut donc choisir en connaissance de cause.

Avant les 20 ans de l’enfant, ça se calcule

En fonction de la composition de la famille, à partir de 2 enfants quand les allocations sont versées sans conditions de ressources, les allocations familiales sont versées jusqu’aux 20 ans de l’aîné des enfants.

Plus exactement, elles s’arrêtent le mois d’avant son anniversaire… mais comme la CAF verse les allocations en début de mois suivant (faute de trésorerie, sans doute), on a l’impression que c’est le mois de l’anniversaire qui est pris en compte.

Tant que cette date n’est pas atteinte, il faut calculer ce qui est le plus intéressant pour le budget global :

1)    Garder le versement des allocations familiales
2)    Percevoir les allocations logement et perdre tout ou partie des allocations familiales

Le site de la CAF est très bien fait et permet toutes les simulations voulues :

Pour les allocations familiales : https://www.caf.fr/aides-et-services/s-informer-sur-les-aides/document-supprime/conditions-generales

Pour les allocations logement : http://wwwd.caf.fr/wps/portal/caffr/aidesetservices/lesservicesenligne/estimervosdroits/lelogement

L’accès aux informations est bien entendu gratuit, ce qui n’est pas le cas des sites qui apparaissent en premier sur internet lorsqu’on tape « allocations CAF » : appel téléphonique payant !

Après les 20 ans, c’est vraiment dommage de ne pas en bénéficier

Dès qu’il n’y a plus 2 enfants de moins de 20 ans à charge dans le foyer et/ou si vous ne bénéficiez plus d’allocations familiales, il n’y a plus de questions à se poser.

Une partie du loyer de votre enfant étudiant peut être pris en charge par la CAF, ce qui est une aide appréciable pour financer le budget de votre étudiant.

A titre d’illustration, pour un loyer de 350 € pour un appartement de 18 m2 à Rennes votre enfant a droit à une allocation logement mensuelle de 175 €, soit une économie annuelle de 2.100 €, pour un étudiant n’ayant pas de ressources financières autres que l’argent que lui donnent ses parents pour vivre.

Allocations familiales et foyer fiscal

A noter, l’enfant peut continuer à faire partie du foyer fiscal de ses parents quelque soit le choix fait au regard des allocations familiales : pas de crainte de voir les impôts sur le revenu augmentés du fait de ce choix.

Par ailleurs que ce soit les allocations familiales ou logement, elles ne sont pas imposables.

Après ses études, lorsque le jeune commence à travailler, il pourra encore toucher des allocations logement pendant 1 à 2 ans, en toute légalité ce qui l’aidera pour financer son installation.

La CAF s’appuie sur les déclarations de revenus de l’année N-2 jusqu’au mois de juillet, et N-1 à compter du mois de juillet.
Il y a, par conséquent, quelques mois pendant lesquels les allocations logement continueront de d’arriver avant que, si tout se passe bien, le jeune travailleur s’acquitte à son tour des cotisations sociales.

Si vous êtes dans cette situation, faites preuve d’une belle énergie administrative qui est plus facile à obtenir qu’une augmentation de salaire ! (l’un n’empêche pas l’autre).
 


carte de crédit pour une réserve d'argent

Une réserve d’argent, pour quoi faire ?

On voit fleurir régulièrement des offres nous proposant des réserves d’argent en cas de coups durs, ou pour se faire plaisir… Que faut-il en penser ? L’offre est alléchante et on pourrait être intéressé par ce matelas de sécurité…

Qu’est ce qu’une réserve d’argent ?

En règle générale lorsque l’on vous propose de signer un contrat pour vous permettre de disposer d’une réserve d’argent vous signez tout simplement un contrat de crédit et en général un contrat de crédit renouvelable.
De fait, il est maintenant interdit de parler de « réserve d’argent ». On doit utiliser le terme de crédit renouvelable pour ce type de crédit depuis la loi Lagarde, car il ne mettait pas suffisamment en garde les particuliers sur le fait qu’ils s’engagent véritablement sur un crédit à rembourser.

Qu’est ce qu’un crédit renouvelable ?

Un crédit renouvelable est le fait de vous permettre d’emprunter une somme maximum, en fonction de vos besoins et de votre budget, et de pouvoir ré-emprunter à volonté tant que l’on ne dépasse pas le plafond autorisé.
Depuis la loi Lagarde, les conditions de remboursement de ces crédits ont été encadrées. Il est maintenant obligatoire de rembourser chaque mois les intérêts ainsi qu’une partie du capital emprunté.
La durée maximale de remboursement a également été fixée : 36 mois pour les crédits de moins de 3 000 euros et 60 mois pour plus de 3 000 euros.

Quel est le prix d’un crédit renouvelable ?

Les crédits renouvelables, dont font partie les réserves d’argent, sont chers. En 2012, le taux d’usure s’élevait à environ 20 % (hors assurance) pour des crédits inférieurs à 1 524 €, auquel il faut souvent ajouter 6 à 7 % de plus pour l’assurance.
Les taux d’un crédit renouvelable tendent à se rapprocher des taux pratiqués pour un crédit affecté ou un crédit personnel. De fait depuis la loi Lagarde, les taux des crédits à la consommation ont tendance à  se rapprocher et les écarts moyens ne sont pas trop significatifs. Seule la politique de chaque organisme permet de trouver des offres différentes et concurrentielles.
A noter, l’assurance n’est pas obligatoire mais est souvent présentée comme telle : à chacun de négocier pour ne pas la payer pour alléger le budget. Elle rapporte à l’organisme mais pas l’emprunteur à qui elle coute très cher.

Avantages et inconvénients des crédits consommation

Il existe deux inconvénients au crédit renouvelable

Le premier inconvénient est le prix qui est souvent très élevé et donc souvent on surpaye ses achats : on se fait plaisir avec un achat que l’on croit payer peu cher par mois (ex : 35 € par mois) sans penser à la durée, ni au prix final payé réellement. On aurait sûrement fait de 20 à 40 % d’économie, si on avait payé l’article comptant …

Le deuxième est de mettre le doigt dans l’engrenage : on commence à payer puis quand on a du mal à rembourser, on veut se donner de l’air et on fait un nouveau crédit, ou alors on re-puise dans la réserve.Le risque est de payer tous les mois plus de 20 % d’intérêt sur un crédit jamais remboursé et qui gonfle, le début du cercle vicieux…

Et les avantages sont rares…

Bien sûr dans certains cas, un crédit renouvelable peut être intéressant dans la gestion de son budget ; sur de petites sommes et pour des besoins ponctuels vite remboursés, les intérêts restent limités.
Il peut être judicieux de faire un crédit pour payer une réparation automobile plutôt que de faire un chèque impayé qui va couter très cher et déstabiliser un budget.
De même plutôt que de débloquer par anticipation une épargne, un crédit remboursé rapidement pourra être utilisé.

Mais bien souvent c’est la facilité qui l’emporte et le fait de pouvoir faire son crédit sur le lieu de vente ou de disposer d’une réserve est « trop » facile.

Pensez y !

Avant de signer (en particulier sur le lieu d’achat) comparez et pensez à interroger votre banque, ils sont souvent moins chers et ils pourront vous apporter une solution globale.

Enfin, depuis la loi Lagarde, à partir de 1 000 € de crédit on doit obligatoirement vous proposer une alternative entre un crédit renouvelable et un crédit personnel, afin que vous puissiez comparer.

Vous disposez également d’un délai de rétraction de 14 jours pour tout achat à crédit. Alors si vous trouvez un crédit moins cher ailleurs, ou si vous pensez avoir fait une folie au-delà de votre capacité budgétaire,  n’hésitez pas ! Rétractez vous !


Trouver le meilleur devis d’assurance

Se lancer à la recherche de la police d’assurance idéale relève très souvent du parcours du combattant.

Pourtant avec l’augmentation des contrats, qui sont chaque année un peu plus chers, cela vaut souvent  la peine et votre portemonnaie vous remerciera.

Cependant,  Il n’est pas toujours facile d’obtenir rapidement les éléments dont vous avez besoin pour comparer les différentes polices.

Faire établir des devis

Les éléments sur lesquels repose la prise de décision finale figurent sur le devis de la police d’assurance.

Le devis assurance est gratuit. Il précise tous les éléments que vous souhaitez assurer ainsi que les exclusions. Les devis que vous ferez établir devront comprendre des éléments et conditions d’assurance identiques.

Ils vous permettront ainsi d’avoir une idée nette et précise de la police proposée par l’assureur et vous permettront de comparer les devis entre eux.

Le devis est fait pour être étudié à la loupe. Il faut comparer les clauses au peigne fin et effectuer  les calculs qui s’imposent (échéances et coûts totaux, sur l’axe du temps et des évènements prévus et imprévus).

Choisir votre niveau de couverture

Vous devez également rapprocher les risques encourus, la valeur du bien que vous souhaitez assurer, le mode de vie de la famille et le prix de l’assurance.

Par exemple pour une assurance santé, certains choisiront une très bonne couverture plus chère, d’autres préféreront un premier prix qu’ils jugeront suffisant. De même pour une assurance voiture il faudra choisir entre une assurance « tout risque » ou « au tiers » et étudier toutes les options proposées.

Cela vaut la peine régulièrement de réévaluer chaque année ses motivations, il n’est pas toujours indispensable d’avoir une couverture maximum. De même lorsque les enfants sont grands et autonomes l’assurance des accidents de la vie devient moins indispensable.

A contrario, ne sous estimez pas le niveau de couverture.

Sous évaluer la valeur des meubles compris dans un logement fera qu’en cas de sinistre vous serez moins bien assuré.
Omettre certains éléments, comme ne pas déclarer des accidents survenus précédemment risquent même de remettre en cause votre assurance et vous risquez de ne plus être du tout couvert.

Comparer les devis

L’idéal consiste à obtenir différents devis et à les comparer entre eux. Il existe une offre très large en matière de produits d’assurance et il faut faire jouer la concurrence à votre avantage. En d’autres termes, la pépite d’or qui change tout surgit la plupart du temps quand on ne l’attend pas…

Vous pouvez faire le tour des courtiers et des agences de sociétés d’assurance. Mais vous pouvez également  faire faire des devis en ligne et surtout compter sur l’aide bienvenue et précieuse des nouveaux comparateurs en ligne.

Passer par des comparateurs vous  permet d’alléger la charge et de gagner un temps précieux en trouvant pour votre demande spécifique et votre profil personnel, les meilleures offres !

Chaque compagnie a sa propre grille tarifaire en fonction de sa stratégie. Elle définit ses propres critères d’évaluation de risque  (profil familial, analyse géographique, spécialisation sectorielle…) et ses attentes de rentabilité.

Rien de plus simple donc que de comparer tranquillement depuis chez vous les offres, sur votre canapé, avec pourquoi pas l’assistance d’une calculatrice et d’un bon café. Pas de stress ni de tracas, votre parcours parmi les chiffres et les pourcentages devient une promenade de santé grâce aux outils internet disponibles en ligne gratuitement.

Pour ne pas surpayer votre poste assurance qui est déjà bien assez lourd dans votre budget, nous vous conseillons donc de réétudier le prix de vos assurances une fois par an et bien sûr assez tôt avant la date d’échéance.
 


Quelques astuces pour respecter son budget

Vous avez décidé de prendre en main votre budget et vous avez élaboré un budget prévisionnel que vous avez bien l’intention de respecter.
Mais respecter un budget n’est pas toujours aussi facile et après les bonnes intentions, il faut réunir tous les éléments afin que ce budget soit le plus facile possible à respecter au jour le jour.

Ci-joint quelques conseils pour vous aider dans votre gestion de budget. La liste n’est pas exhaustive et chacun d’entre vous inventera son mode d’emploi de son budget au quotidien.

Déterminer pour chaque poste de dépenses, un budget précis et défini mois par mois.

Déterminer précisément pourquoi vous devez respecter ce budget.

Identifiez et notez pourquoi vous voulez gérer votre budget. En précisant quels sont vos enjeux, vous respecterez plus facilement et avec plus de plaisir les objectifs que vous vous êtes fixés . Par exemple : J’économise pour ensuite pouvoir acheter un logement, pour ne plus avoir de frais de découvert etc…

Fixer des objectifs réalistes et atteignables,

Si les objectifs sont trop durs à respecter, voire insupportables, vous êtes sûr de ne pas parvenir à les atteindre. Soyez « justement » ambitieux.

Assumer et revendiquer votre besoin de ne pas dépenser tout et toujours …

Faites la guerre au « on verra demain », au « ce n’est pas la peine de compter… », aux dépenses inutiles, au gaspillage…
Il est difficile d’être riche sans  « compter ». Les petits ruisseaux font les grandes rivières…

Négocier avec chacun des membres de la famille les dépenses qui les concerne.

Déterminez les budgets d’habillement, de loisirs, d’alimentation par personne et négociez-le avec chacune des personnes concernées pour que chacun y adhère plus facilement et soit convaincu qu’il doit le respecter.

Conserver et négocier  un poste plaisirs-loisirs pour chacun des membres de la famille.

Si vous ne le faites pas vous êtes sûr qu’il y aura quand même des dépenses et votre budget général ne sera pas respecté.

Avoir une attention particulière vis-à-vis des dépenses importantes et récurrentes.

Mieux vaut limiter ces dépenses (loyer, crédit immobilier ou voiture…) afin de pouvoir continuer à vivre normalement à coté car s’il est possible de faire des efforts ponctuels, il est dur de se restreindre sur le long terme.

 Eviter de prendre des abonnements.

On considère trop vite les abonnements (Abonnements téléphone, paiements à crédit, abonnement salle de sports…) comme des charges fixes et ils sont difficiles à supprimer. Mieux vaut payer annuellement un service dont on se rend mieux compte du prix réel.

Eviter au maximum les crédits  et en particulier les crédits renouvelables.

Préférez les paiements comptant et immédiat que l’on fera quand on aura des disponibilités sur son compte en banque.
 Si vous devez faire un crédit, étudiez les  taux et faites le pour une durée qui ne soit pas supérieure à la durée de vie du produit acheté

•    Ne pas confondre carte de crédit et carte de paiement.

Votre carte de crédit n’est pas un portemonnaie avec de l’argent disponible. Vous vous engagez véritablement dans un crédit et vous vous générez une dette à rembourser avec des intérêts.
Ne payez jamais vos dépenses courantes à crédit ou avec une carte de crédit.

Identifier ses petits défauts pour mieux  y remédier.

On a tous des postes que l’on a du mal à maitriser. Et on a parfaitement le droit de se faire plaisir avec des dépenses "non raisonnables". Cependant si on souhaite maitriser son budget, ce sont aussi des postes auxquels il faut faire attention.

Il ne faut pas absolument les supprimer, mais simplement faire en sorte de respecter le budget que l’on s’est fixé. On trouvera parfois des astuces pour mieux gérer en choisissant par exemple pour vos ados des cartes de téléphone prépayées ou des abonnements limités, et on mettra des réducteurs sur la pomme de la douche si on y passe des heures. Si on aime les jeux on surveille ses dépenses avec un plafond par semaine.

Mesurer régulièrement les résultats et se féliciter.

Si  vous si vous avez bien respecté votre budget, remarquez le et pourquoi pas profitez en en vous faisant un petit cadeau. Vous pouvez également partager avec votre famille les bénéfices d’un budget respecté avec une sortie au restaurant par exemple.

Organiser ses comptes.

Avoir au moins un compte d’épargne à coté de son compte courant sur lequel on mettra son épargne pour ne pas être tenté de tout dépenser.

Choisir ses moyens de paiements.

 Supprimer ses cartes de crédit, son carnet de chèque,  n’utiliser que des espèces et des virements pour faire ses courses, utiliser des cartes de paiement mais avec un plafond de paiement par semaine…

Suivre régulièrement son budget

Que ce soit avec un carnet et un crayon ou un logiciel, vous devez vous organiser pour suivre au quotidien vos dépenses et vous assurer au moins une fois par mois que vous respectez bien vos prévisions.

 

Pour vous aider à respecter votre budget, consultez également :


Quelques pistes pour diminuer vos dépenses

Nous sommes nombreux à vouloir dépenser moins mais cela nous semble bien difficile et quelque fois impossible. 

En fonction de vos objectifs, votre traque sera plus ou moins dure à mener.

  • Vous pouvez simplement chercher à limiter les dépenses afin d’optimiser votre gestion budgétaire ; Inutile en effet de jeter de l’argent par les fenêtres.
  • Vous pouvez aussi avoir besoin de réduire significativement vos dépenses afin de trouver un équilibre budgétaire parfois difficile.

Cependant le niveau et la nature des dépenses d’un foyer est très spécifique à chacun. Il est n’est pas possible de donner des recettes toutes faites à appliquer.

Il n’y a que vous qui puissiez déterminer quel est le meilleur budget possible pour vous ? Et surtout quel est le budget que vous pourrez respecter…

Dans tous les cas  pour réduire vos dépenses, vous devez commencer à lister tous les postes de sortie d’argent dans votre foyer et pour chacun vous devez vous demander si vous pouvez le réduire ou pas et dans quelle proportion.

 

Postes par postes, voici quelques réflexion pour réduire son budget.

•    Alimentation 

Etudiez vos tickets de caisse et déterminez si vous pouvez ou voulez réduire ce budget ou pas ? Identifiez les dépenses superflues parfois nombreuses, envisagez de changer de magasin, d’acheter moins de plats cuisinés…
Un conseil : Déterminez combien vous pouvez dépenser avant de partir faire vos courses. Par exemple si vous faites des courses une fois par semaine, déterminez le budget alimentation de la semaine et respectez le !

•    Logement

Si vous êtes locataires et que votre loyer est  cher ou si votre logement est devenu trop grand pour vous, vous devriez envisager de déménager. C’est toujours possible en faisant bien attention aux délais de préavis pour ne pas risquer de payer deux loyers en même temps.
Si vous êtes propriétaire de votre logement, peut-être devriez vous devenir locataire ce qui coute parfois moins cher ?

Au niveau des charges de logement, chassez le gaspillage inutile : traquez les fuites d’eau, les lumières allumées, les fenêtres ouvertes avec le chauffage, supprimez les allogènes, etc…
Etudiez également vos consommations pour vous assurer qu’elles sont « normales ». Dans le cas contraire chercher des solutions pour faire des économies d’énergies, de consommation d’eau…

•    Transport

Est-ce que la voiture, la deuxième voiture est vraiment nécessaire ? Ne serait-ce pas intéressant d’acheter un vélo à la place ? Avez vous envisagé le covoiturage, les transports en commun ?
Réservez vos voyages au moins trois mois en avance pour profitez des tarifs avantageux en train et avion.

•    Téléphone / Communication

A t-on vraiment besoin de tous ces abonnements ? peut-on les diminuer en supprimer certains ? Profite-t-on des nouvelles offres qui existent et qui permettent de faire des économies ?

•    Habillement-Esthétique

Quel est le bon budget ? Est ce qu’on le respecte ? est ce que je peux attendre les soldes ?

•    Loisirs / sorties

Quel est le bon budget ? Est ce qu’on le respecte ? Est-ce raisonnable ? Ai-je chiffré le prix de mes « petits plaisirs » ?

•    Remboursements de crédits

Y a-t-il des crédits permanents qui sont souvent très chers ? Ne faudrait-il pas les remplacér par des crédits personnels ?
Est-il possible, intéressant, nécessaire que j’étale mes crédits pour retrouver des disponibilités ?
Suis-je en situation de surendettement car si c’est le cas, je dois monter un dossier afin de profiter de la protection de la Banque de France et éviter que la situation ne continue à se dégrader ?

•    Assurances – mutuelles

Est-ce que je paye des assurances en double ou qui ne servent finalement à rien ? Peut-être dois-je changer de niveau de garantie ou changer d’assureur afin de réduire la facture ?

•    Impôts

Il serait peut-être plus facile de demander une mensualisation ?

•    Autres charges

Vous payez peut-être des charges liées à un bateau, une maison de campagne, un investissement, une bonne cave à vin, des vacances au soleil… Est-ce rentable ? Pouvez vous vous le permettre ?

•    Dépenses non identifiées

Elles ne devraient pas exister, commencez par ce poste s’il est vraiment important.

 

Faire un bilan de ses dépenses est un exercice très intéressant que chacun devrait faire régulièrement.

Ce n’est qu’en entrant dans le détail de vos dépenses que vous pourrez identifier les postes qu’il vous sera possible de réduire. D’autant que réduire ses dépenses ne veut pas toujours dire diminuer son niveau de vie. Parfois, cela veut simplement dire dépenser mieux et comme vous le voulez !

Pour bien gérer son budget, vous pouvez également consulter les articles suivants :

 


Share via