Étiquette : subventions

Passer au numérique : Comment et avec quelles aides ?

La télévision numérique existe déjà en France depuis de nombreuses années mais elle n’était pas encore généralisée à toute la population.

Afin de permettre à tous les français de bénéficier de la qualité et du large choix de programme offert par la télévision numérique et préparer la modernisation de l’audiovisuel en France, il a été décidé de faire basculer progressivement les foyers français au « tout numérique ».

Pour de nombreux téléspectateurs ce passage au tout numérique ne nécessitera aucun changement et ils pourront continuer à regarder normalement la télé.

Pour d’autres, dont le téléviseur est plus ancien ou qui sont situés dans des zones excentrées, ce passage au tout numérique pourra poser des problèmes de réception et ils devront faire évoluer leurs équipements et engager des frais.

Quelles chaînes vais-je recevoir ?

Actuellement si vous avez une antenne râteau en diffusion hertzienne analogique vous n’avez accès qu’à 6 chaînes : (TF1, France 2, France 3, Canal Plus, France5/ Arte et M6).

Demain avec la télévision numérique vous aurez accès :

  • Gratuitement par la TNT (Télévision Numérique Terrestre) à plus de 18 chaînes dont les 6 chaînes habituelles et à de nouvelles chaînes régionales.

  • En souscrivant à des offres payantes auprès d’opérateurs privés, vous pouvez recevoir plus de chaînes numériques et bénéficier d’une offre élargie.

TNT payante :  Canal + | TVNuméric | TnTop
Satellite :  Canalsat | Bis | Orange
Câble :  Numéricable
ADSL  : Free |  SFR Neufbox |  Orange |  Darty |  Alice | Bbox Bouygues

Comment recevoir le numérique ?

Aujourd’hui envion 88% de la population est couverte par la TNT, et d’ici 2011 c’est 95% de la population qui devrait recevoir la TNT.

Si vous êtes dans une zone couverte par la TNT.

Pour recevoir la télévision gratuite, la TNT, avec votre antenne râteau, il vous suffit soit d’avoir une télé intégrant un décodeur TNT (elles en sont équipées en série depuis 2008) ou alors d’acheter un décodeur TNT qui coûte entre 20 et 50 € pour les premiers modèles.

Normalement les antennes hertziennes « classique installées depuis 1980 sont compatibles avec la TNT. Elles devront peut-être être simplement réorientées (entre 80 et 120 €). Si vous devez les changer cela vous coûtera entre 150 et 250 €.

Si vous êtes dans une zone non couverte par la TNT.

Dans les zones non couvertes, (zone montagneuse, zone peu accessible…) vous devrez vous équiper d’une antenne satellite et vous connecter à un bouquet de chaînes gratuites FRANSAT ou TNTSAT. Un tel équipement réalisé par un professionnel devrait être supérieur à 250 €.

Pour recevoir les offres des opérateurs, vous devrez étudier en fonction de votre localisation géographique.l’équipement le mieux adapté : TNT (via votre antenne râteau), le satellite (via une parabole), le câble, la ligne téléphonique (ADSL) ou par la fibre optique.

Qui et quand ?

La France va passer progressivement au numérique entre novembre 2009 et décembre 2011.

Si dans les trois mois avant le passage de votre région à la TNT vous voyez défiler des messages sur votre écran de télévision, cela veut dire que votre TV n’est pas compatible et que vous devez adapter votre équipement au numérique.

Le jour où votre région va passer au tout numérique et si votre téléviseur est adapté au numérque soit il  trouvera automatiquement les nouvelles chaînes, soit vous devrez reprogrammer les canaux… Selon les fabricants, les termes utilisés sont réglages, balayage, recherche des canaux, rescan, réinitialisation ou réinstallation.

La recherche et la mémorisation des chaînes numériques se font avec la télécommande de votre adaptateur TNT ou celle de votre téléviseur s’il dispose d’un adaptateur intégré.

Les aides financières pour passer au numérique

L’Etat a mis en place des aides pour faciliter le passage au numérique, en particulier à destination des ménages modestes et des personnes âgées ou vulnérables.

Selon votre situation personnelle et si vous ne recevez que les 6 chaines « classiques » en hertzien,  vous pouvez avoir droit à des aides pour adapter votre installation et recevoir la télévision numérique.

Des aides pour adapter votre installation

  • Si vous êtes dans une zone couverte par la TNT :

L’aide à l’équipement est de 25 € maximum ; Pour recevoir l’aide, vous devez être exonéré de la redevance audiovisuelle et respecter les conditions de ressources suivantes  : Revenu fiscal de référence inférieur à 8000 € pour la première part + 1 500 € pour les 4 premières demi-parts + 2 500 € pour chaque demi-part supplémentaire.

L’aide à l’antenne est d’un montant maximum de 120 € ; Pour recevoir l’aide vous devez être exonéré de la redevance audiovisuelle et respecter les conditions de ressources suivantes  : Revenu fiscal de référence : inférieur à 20000 € pour la première part + 1 500 € pour les 4 premières demi-parts + 2 500 € pour chaque demi-part supplémentaire.

  • Dans les zones non couvertes par la TNT :

L’aide à la réception est de 250 € maximum sans conditions de ressources.

 Pour recevoir ces aides,

  • La demande doit concerner la résidence principale
  • Vous devez avoir procédé à une dépense car l’aide ne peut être demandée que sur la base d’une facture attestant de votre dépense pour accéder à la télévision numérique ; cette facture doit être postérieure au 1er mars 2009.
  • Chacune des aides ne peut être attribuée qu’une seule fois par foyer et ne concerne que l’équipement et/ou l’adaptation du poste principal.
  • Chaque demande d’aide doit être impérativement envoyée au plus tard 3 mois après l’arrêt de la diffusion analogique dans votre région.

Pour vous équiper ou si vous avez besoin d’un diagnostic précis de votre installation, choisissez un professionnel agréé, identifiable grâce à un autocollant « Ici professionnel agréé tous au numérique ». Dans tous les cas méfiez-vous du démarchage à domicile.

Une assistance technique

Une assistance technique gratuite à domicile est prévue pour les personnes vulnérables face au changement technique que représente le passage à la télé tout numérique. Elle permet de les aider à régler leur poste de TV principal sur les chaînes de la TNT et de pouvoir ainsi continuer à regarder la télévision lors de l’extinction définitive du signal analogique.

Les personnes concernées sont les foyers dont les membres ont plus de 70 ans ou dont le taux d’incapacité permanente est supérieur à 80% et qui reçoivent uniquement les chaînes analogiques (TF1, France 2, France 3, Canal + en clair, France 5/Arte et M6) à l’aide d’une antenne râteau extérieure.

Cette intervention à domicile est entièrement gratuite, et il n’y aura rien à payer le jour du passage du prestataire « TOUS AU NUMERIQUE »

L’assistance technique consiste principalement en un déplacement à domicile et à la prestation gratuite suivante :

  • Information sur le passage au tout numérique
  • Branchement de l’adaptateur s’il n’est pas intégré au téléviseur ou branchement de la télévision TNT intégrée
  • Recherche et réglage des nouvelles chaînes
  • Formation à la recherche des nouveaux canaux des chaînes

La durée moyenne de cette intervention est d’environ 30 minutes et porte sur le réglage du téléviseur principal du foyer.

Pour bénéficier de cette aide, il faut appeler le centre d’appel de « tous au Numérique » 0970 818 818 (numéro non surtaxé). Les conseillers valident le dossier et diagnostiquent l’installation ainsi que le type de matériel afin de vous assister au mieux dans votre démarche. A l’issue de l’appel, un professionnel prestataire « TOUS AU NUMERIQUE » prendra contact et fixera une date d’intervention à domicile.

Comment recevoir l’aide

Assurez vous tout d’abord que vous êtes éligible et que votre installation n’est pas déjà en numérique.

Dans tous les cas, les foyers qui dépendent d’une réception analogique sont alertés trois mois avant l’arrêt de la diffusion analogique, par des bandeaux défilant sur leurs écrans de TV. Si vous voyez ces bandeaux, cela signifie que vous êtes concerné et que vous pourrez alors prétendre à une aide, à condition de remplir les conditions d’attribution.

Si vous ne voyez pas ces bandeaux, vous recevez déjà la télévision numérique. Vous n’avez pas besoin de vous équiper et ne pouvez donc bénéficier de ces aides.

 

 

Pour plus de renseignements appelez le centre d’appel de « tous au Numérique » 0970 818 818 qui répond à toutes les questions du lundi au samedi, de 8 heures à 21 heures, au prix d’un appel local.

Ou consultez le site  www.tousaunumérique

 


Conditions de ressources de la CAF

 De nombreuses prestations distribuées par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) sont attribuées sous conditions de ressources, c’est à dire qu’elles dépendent des ressources du foyer en fonction des critères déterminés par la CAF.
 
Ainsi, il faut, parfois, ne pas dépasser certains plafonds de ressources, d’autre fois contraire avoir des ressources minimum et de plus certaines aides sont proportionnelles aux ressources.
 
Pour savoir véritablement si on a droit aux prestations demandées, il faut remplir lors de la demande et réactualiser chaque année avant le 1er mai, un tableau de déclaration de ressources.
 
En ce qui concerne les ressources, la CAF prend en compte :
  • L’ensemble des revenus de l’année civile précédente qui détermineront les prestations allant du 1er juillet au 30 juin. (exemple : les prestations allant du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017 seront déterminées à partir des revenus 2015)
  • L’ensemble des revenus du foyer, y compris les revenus de la personne avec qui vous vivez en couple, que vous soyez marié ou pas
  • Les revenus nets du foyer, qui sont proches de ceux retenus par les impôts y compris les indemnités journalières de maladie, maternité, accident… Elle effectue les déductions fiscales (10 et 20 %) sur les salaires et les pensions.
 
Dans certaines situations, elle peut réévaluer certaines ressources ou les évaluer forfaitairement à partir de vos revenus mensuels.
 
Dans tous les cas nous vous recommandons de déclarer vos revenus à la CAF, même si vous pensez être au dessus des plafonds. Vous pourriez avoir mal évalué la méthode de calcul et être bénéficiaire de certaines prestations sans le savoir.

La notion d’enfant à charge (CAF)

Est considéré comme enfant à charge au sens de la Caisse d’Allocation Familiale, les enfants de moins de 20 ans, avec lesquels vous avez ou non une relation de parenté et dont vous assumez l’entretien et l’éducation.
 
Les enfants pour lesquels vous versez une pension alimentaire ne sont pas considérés à charge pour pouvoir bénéficier des prestations familiales.
 
Pour le complément familial et les aides au logement, les enfants sont pris en compte jusqu’à leur 21ème anniversaire.

Les enfants qui travaillent ne doivent pas gagner plus de 55 % du SMIC pour être considéré à charge.


Les allocations familiales et aides à la famille de la CAF

Les allocations familiales

Les allocations familiales sont attribuées par la Caisse d’Allocations Familiales, sans condition de ressources ni de situation familiale, à toute personne résidant en France et ayant au moins deux enfants à charge de moins de 20 ans.

 Montants des allocations jusqu’au 31/12/2010 :
           Avec 2 enfants :  123,92 € par mois
           par enfant supplémentaire :  158,78 € par mois
 
Majoration en fonction de l’âge des enfants (sauf pour l’aîné de deux enfants) :
           34,86 € par enfant de 11 à 16 ans
          61,96 € par enfant de plus de 16 ans.
 
Elle vous seront attribuées automatiquement si vous êtes allocataire lors de la déclaration de la naissance de l’enfant.
Si vous n’êtes pas allocataire CAF, vous devrez prendre contact avec eux avant le 5ème mois de votre grossesse pour créer votre dossier auquel vous devrez joindre une déclaration de ressources.

L’allocation forfaitaire

Vous pouvez en bénéficier si l’un de vos enfants a entre 20 et 21 ans, qu’il continue de vivre dans votre foyer et que vous avez reçu des allocations familiales pour au moins trois enfants le mois précédent son 20ème anniversaire.
Attention si cet enfant travaille il ne doit pas gagner plus de 823,54 par mois.
 
Montant jusqu’au 31/12/2010 : 78,36 € par mois.
 
L’allocation forfaitaire vous sera versée automatiquement par la CAF.

Le complément familial

Si vous avez au moins 3 enfants à charge, tous agés de plus de trois ans,et des ressources limitées vous avez peut-être droit au complément familial.
 
Montant jusqu’au 31/12/2010 : 161,29 € par mois.
 
Cette aide est attribuée sous conditions de ressources.
 
Le plafond des ressources 2008 pour avoir droit à cette aide est de :
 
Pour 3 enfants :
           Couples avec un seul revenu : 35 457 €
           Parents isolés ou couples avec deux revenus : 43 375 €
 Le plafond est augmenté par enfant supplémentaire de 5 909 €
 
Vous pouvez, sous certaines conditions être affiliée à l’assurance viellesse.
 
Si vos revenus sont légèrement supérieurs à ce plafond, vous avez peut-être droit à une allocation partielle.
Aucune démarche n’est à effectuer pour avoir cette aide, la CAF vous l’attribuera automatiquement.
 

L’allocation de rentrée scolaire

Elle concerne les familles ayant au moins un enfant âgé de 6 à 18 ans, au 1er février qui suit la rentrée. Ainsi pour la rentrée 2010 : 2011 l’enfant doit être né entre le 16/9/1992 et le 31/01/2005
 
Le montant, pour la rentrée 2010/2011 est de : 
280,76 € par enfant de 6 à 10 ans
296,22 € par enfant de 11 à 14 ans
306,51 € par enfant de 15 à 18 ans
 
Pour l’obtenir vos ressources doivent être inférieures à un plafond qui est fixé pour l’année 2007 (revenus 2008) à :
           22 946 € pour le premier enfant
           + 5 295 € par enfant en plus.
 
Si vous êtes un peu au dessus de ce plafond de ressources, vous pouvez recevoir une ARS réduite.
 
L’ARS est versé automatiquement aux allocataires de la CAF pour les enfants de 6 à 16 ans.
Pour les personnes non allocataires, elles doivent s’inscrire à la CAF et remplir une déclaration de ressources. Elles doivent également, de même que pour les enfants de 16 à 18 ans fournir un certificat de scolarité ou d’apprentissage.

L’allocation journalière de présence parentale

Cette allocation est délivrée par la CAF, sans condition de ressources. Elle remplace depuis le 1er mai 2006 l’allocation de présence parentale.
 
Elle s’adresse aux personnes qui ont un enfant gravement malade, handicapé ou accidenté et qui cessent de travailler complètement ou ponctuellement pour s’en occuper.
 
Pour y avoir droit :
Le médecin doit établir un certificat attestant de la nécessité de la présence d’un parent aux cotés de l’enfant.
Le contrôle médical de l’assurance maladie doit donner un avis favorable à la demande
  Vous devez interrompre ponctuellement votre activité. Les salariés doivent faire une demande de congé de présence parentale auprès de leur employeur. Les demandeurs d’emploi auront leur indemnisation suspendue.
 
Vous ne pouvez pas avoir droit à cette allocation si vous recevez des indemnités journalières (…), une pension d’invalidité ou de retraite, ou certaines allocations (…) vous procurant des ressources ( cf la CAF). Les demandeurs d’emploi non indemnisés n’ont également pas droit à cette aide.
 
L’allocation est accordée par périodes de six mois renouvelables pour une durée maximum de trois ans. Elle est versée en fonction du nombre de jours d’absence dans le mois, et au maximum de 310 allocations sur les 3 ans.
 
L’allocation jusqu’au 31/12/2007 est de :
           41,17 € par jour d’absence pour les personnes en couple
           48,92 € par jour d’absence pour les personnes seules
 
Un complément mensuel pour frais peut également vous être versé. Il est égal à 105,30 €. Pour l’obtenir vous devez avoir engagé plus de 105,82 € et avoir des revenus inférieurs à un plafond de ressources..
 
Plafond pour l’année 2010 (Ressources 2008)
 
Avec un enfant :
Couple avec un revenu :        24 623 €
Parents isolés ou couples avec deux revenus : 32 541 €

Le plafond est augmenté par enfant supplémentaire de 5 909 €
 
Pour avoir droit à cette allocation vous devez en faire la demande auprès de votre CAF, compléter le formulaire et joindre les pièces demandées.

La CAF peut vous affilier gratuitement à l’assurance vieillesse sous certaines conditions.


Les aides au retour à l’emploi (CAF)

Pour aider et encourager les personnes touchant le RMI, l’API ou l’ASS à reprendre une activité professionnelle, la CAF attibue deux primes : La prime forfaitaire et la prime de retour à l’emploi.
 
Ces aides ont été remplacées à partir du 1/6/2009 par le RSA (Revenu de Solidarité active).
 
Pour en bénéficier il fallait remplir des conditions :
  • Bénéficier du RMI (Revenu Minimum d’Insertion), de l’Allocation de Parent Isolé (API) ou de l’Allocation spécifique de solidarité (ASS).
  • Reprendre une activité salariée ou suivre une formation rémunérée d’au moins 78 heures par mois, ou être travailleur indépendant.

Une prime forfaitaire 

 
L’aide est versée pendant 9 mois maximum à partir du 4ème mois de la reprise d’activité. Elle est interrompue si les conditions d’activités ne sont plus remplies.
 
Montant mensuel :
  • 150 € pour une personne bénéficiant du RMI
  • 225 € pour une personne bénéficiant de l’API
  • 225 € pour les personnes seules avec enfant ou les couples
 
La prime n’est pas prise en compte pour le calcul du RMI ou de l’API.
 

La prime de retour à l’emploi

 
Il s’agit d’une prime pour encourager les personnes en situation difficile à retrouver un emploi.
 
Montant de la prime : 1000 €
 
Celle ci sera versée en une seule fois,
  • à partir du 5ème mois d’activité pour les CDD ou les activités indépendantes.
  • dès la fin du premier mois pour les CDI ou les CDD de plus de 6 mois.
 
La CAF versera automatiquement la prime après avoir reçu les justificatifs d’activité.
 
En ce qui concerne les bénéficiaires de l’ASS, la demande est à faire auprès de l’ASSEDIC.

Les aides au logement de la CAF

Il existe différentes aides au logement qui s’adressent tant aux propriétaires qu’aux locataires. Celles ci sont souvent conditionnées aux ressources du foyer.
 

Allocation de logement, pour un logement en location ou en propriété 

Cette aide est attribuée par la Caisse d’Allocations Familiales aux foyers modestes, quel que soit votre age ou votre situation familiale, dans deux cas :
  • Si vous êtes locataire, colocataire ou sous-locataire de votre habitation principale, vous pouvez avoir droit à une allocation pour payer votre loyer.
  • Si vous êtes propriétaire de votre logement, vous pouvez avoir droit à une allocation de logement pour acheter, construire ou améliorer votre logement.
Dans tous les cas, le logement doit respecter des conditions de décence, d’aménagements et de superficie selon le nombre d’occupants. (vérifier les critères auprès de la CAF)
 
Le montant de l’allocation est dépendant de très nombreux critères : montant des ressources, situation familiale, nature du logement, lieux de résidence, loyer, nombre de personnes à charge (enfants, parents âgés…). L’aide est revue dès que l’un de ces critères évolue.
 
Si vous avez moins de 25 ans vous pouvez avoir droit à cette aide à titre personnel, mais il faut savoir que vos parents n’auront plus droit aux prestations familiales pour vous.
 
Compte tenu de la complexité de calcul, il est difficile de préciser les critères d’obtention pour cette aide.
 
Nous vous recommandons, à partir de vos éléments personnels, de faire une simulation en ligne sur le site de la CAF: Simulation de l’aide au logement .
 
L’aide est versée une fois par mois et est revue dès qu’il y a un changement dans votre situation. Si vous êtes locataire, l’allocation peut vous être versée directement ou versée à votre propriétaire (obligatoire dans le cadre d’une HLM). Si vous êtes propriétaire, elle peut être versée directement à l’organisme préteur.
 
Cette aide est attribuée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF). Pour la demander, il faut remplir un formulaire de demande et joindre les justificatifs demandés. 
 
Les étudiants et les personnes sans enfant peuvent remplir directement leur dossier en ligne : aide au logement étudiant
 

Aide personnalisée au logement (APL)

Cette aide est distribuée par la Caisse d’Allocations Familiales. Elle est destinée à aider les personnes à revenus modestes à se loger.
 
Elle concerne les personnes :
  • Qui louent un logement conventionné (avec un contrat qui lie le propriétaire à l’Etat comme pour les HLM)
  • Qui accèdent à la propriété avec des prêts PAP (Prêt d’accession à la propriété), PC Prêt conventionné ou PAS (prêt d’accession sociale)
Les aides sont données directement au bailleur ou à l’organisme préteur
 
Compte tenu de la complexité de calcul, il est difficile de donner les critères d’obtention pour cette aide. Nous vous recommandons d’aller sur le site de la CAF : Simulation de l’aide au logement .
 
Cette aide est attribuée par la Caisse d’Allocation Familiale (CAF). Pour la demander, il faut remplir un formulaire de demande et joindre les justificatifs demandés. 
 
 

Prêt à l’amélioration de l’habitat.

Ce prêt est destiné à aider les locataires ou les propriétaires à faire des travaux pour améliorer leur logement. Il permet de financer l’achat de matériaux et/ou les prestations d’une entreprise qui effectuera les travaux.
Il peut être attribué à toute personne bénéficiant des prestations familiales (n’en font pas partie l’AHA ou l’aide au logement) sans condition de revenus.
Le prêt doit financer des travaux d’amélioration (cf. la liste de la CAF) à l’exclusion des travaux d’entretien, des travaux luxueux ou de travaux destinés à finir une construction neuve.
 
Le prêt est accordé pour financer une partie des dépenses réellement engagées et sera au maximum de 1067.14 €, au taux préférentiel de 1 %, remboursable en 36 mensualités.
 
Cette aide est attribuée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF). Pour la demander, il faut remplir un formulaire de demande et joindre les justificatifs demandés. 
 
Après accord, le prêt sera versé pour moitié au départ du dossier et pour le solde sur présentation des factures. Compte tenu du nombre de demandes, des délais importants peuvent exister pour leur attribution.

 


Les logements pour les étudiants

En tant qu’étudiant, il est parfois nécessaire de quitter le domicile familial. Selon la ville et les moyens, le parcours du combattant pour trouver un toit peut être plus ou moins long et difficile !

 
Les différents types de logement
 
Il faut tout d’abord déterminer quel type de logement vous convient le mieux : résidence universitaire, logement social HLM, location ‘en ville’, colocation ou foyer étudiant…
 
Les résidences étudiantes 
Les résidences universitaires sont gérées par le CROUS (Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires). Son coût est variable, de l’ordre de 100 à 300 € par mois sans prendre en compte la déduction des aides financières possibles (APL et ALS). Ces tarifs dépendent principalement de la surface habitable. Les résidences dites « traditionnelles », construites dans les années 60, proposent généralement 9 m² contre environ 20 m² pour les résidences « nouvelles » qui sont aussi beaucoup mieux équipées.
Pour prétendre à ces résidences universitaire, il vous faut composer un DSE (Dossier Social Étudiant) que vous déposerez auprès du CROUS dont vous dépendez. Les conditions d’obtention dépendent de critères sociaux (revenus de la famille, statut, nombre d’enfants scolarisés dans la famille…). Déposez les très tôt car les places sont rares et prisées.
Le CROUS vous permettra aussi d’orienter vos recherches dans d’autres direction pour trouver votre logement.
D’autres résidences étudiantes existent aussi. Celles ci sont privées et il s’agit bien souvent de T2 qui prévoient de nombreux services : salle de sport, laverie, outils de ménage, salle vidéo, parking… D’un confort supérieur, ces logements sont accessibles pour un loyer plus élevé de 500 à 850€ !
 
 
 
 
Les logements sociaux étudiants 
Ils sont gérés par les organismes publics HLM. Il s’agit de véritables appartements auxquels les APL (Aides Personnalisées au Logement) peuvent être appliquées. Afin de prétendre à un logement étudiant HLM, vous devez prendre contact auprès du département ‘logement’ de la commune et vous inscrire sur liste d’attente. Le CROUS propose également des logements à louer dont les prix avoisinent 250 € pour un T1 et jusqu’à 450 € pour un trois pièces. 
 
L’attribution de ces appartements dépend des ressources annuelles de l’étudiant qui ne doivent pas excéder :
 
Nombre de personnes dans la famille
A Paris et sa région
Dans le reste de l’Ile-de-France
Province
1
17 927 €
17 927 €
15 586 €
2
26 792 €
26 792 €
20 813 €
3
35 122 €
32 206 €
25 030 €
 
Les foyers étudiants
Ils dépendent de l’UNME (Union Nationale des Maisons Etudiantes). Il s’agit principalement de petites structures et on en dénombre une centaine en France. Le logement peut aussi bien être constitué d’une chambre individuelle ou double, d’un appartement, ou d’un studio. Les foyers offrent aussi de nombreux services favorisant la vie de ses résidents : espaces d’études, lieux de restauration, salle de détente ou de sports… Dans ce cas aussi, les APL et ASL peuvent être attribuées à l’étudiant et leur coût varie de 380 à 540 € par mois en moyenne.
 
La location d’appartements ou de studios ‘en ville’
Ils peuvent davantage correspondre à votre désir d’indépendance. Ces logements peuvent être meublés ou non. Il faut cependant compter des frais supplémentaires au loyer à savoir l’eau, le chauffage, le téléphone et l’électricité. Pour ce type de logements, il existe de très nombreux circuits d’informations à explorer : les petites annonces, les annonces du CROUS, les agences immobilières, les annonces dans les commerces de quartier… Vous devrez vous y prendre à l’avance. C’est entre les mois de Juin et Octobre que doivent s’effectuer les recherches. Faites aussi attention à la qualité du logement et du mobilier qui laissent parfois à désirer…
 
La colocation (location d’un appartement entre plusieurs étudiants)
Elle favorise la convivialité et permet aussi de partager les frais. 48% des jeunes sont tentés ou concernés par cette forme de logement (Etude IPSOS). Il faut cependant prendre en compte les risques de ce type de logement (ambiance pas toujours très studieuse, risque de départ d’un colocataire, salle de bain à partager…) avant de se décider. Il est parfois plus facile de se mettre en colocation avec quelqu’un que l’on connaît.
Pour vous mettre en colocation, vous devez rédiger un bail entre le propriétaire et tous les colocataires. Chacune de ces parties doit signer le document.
Si vous souhaitez opter pour cette forme de logement, vous devez être titulaire du contrat de location avec une ou plusieurs personnes et ne pas vivre en couple (ne peuvent être que deux personnes de sexe identique).   
 
Les aides financières
 
 Pour vous loger, vous pouvez bénéficier d’aides financières par votre Caisse d’Allocations Familiales.
 
L’APL (Aide Personnalisée au Logement)
Pour en bénéficier, vous devez être locataire à titre principal du logement. Cette aide concerne les occupants de résidences universitaires, d’appartements conventionnés (HLM…) ou de foyers d’étudiants. La CAF se charge du calcul et détermine le montant des aides en fonction :
  • du montant du loyer,
  • du lieu de résidence,
  • de la nature du logement,
  • des ressources de la famille
L’aide dont le montant est généralement de l’ordre de 80 à 230 €, est versée chaque mois à votre propriétaire et est déduite directement de votre loyer.
  
L’AL (Allocation Logement)
Cette aide existe depuis 1993 et s’adresse aux personnes dont le revenu est modeste ou lorsque l’étudiant séjourne dans un logement social. Seules les personnes n’ayant pas droit à l’APL peuvent y prétendre. Le montant de l’AL dépend aussi :
  • du loyer,
  • des ressources,
  • de la situation familiale,
  • de la nature du logement,
  • du lieu de résidence.
 
Ainsi, cette allocation pour le logement peut varier de 20 à 170 € environ.
 
Cependant, tous les étudiants ne peuvent bénéficier de ces allocations. Les APL et AL ne sont pas attribuées à ceux âgés de moins de 20 ans dans le cas où leurs parents perçoivent encore des prestations familiales. Il faut alors choisir lequel présente le plus d’avantages. De plus, ces aides ne concernent pas les étudiants vivant dans un logement dont un parent ou grand-parent en est le propriétaire.
 
Vous pouvez remplir directement en ligne sur le site de la CAF votre demande d’Allocation Logement.
 
ALINE
Il s’agit d’une allocation pour aider les étudiants à s’installer pour la première fois hors du domicile de leur parent. Elle s’élève à 300 € versés en une seule fois, par bénéficiaire. Pour y avoir droit il faut être boursier ou recevoir l’APL ou l’AL . 
 
 
Une fois le logement trouvé…
 
La parcours pour l’installation dans un logement étudiant ne s’arrête pas là. Il faut désormais prendre en compte quelques éléments indispensables pour le bon déroulement de votre location.
 
Le dépôt de garantie
C’est une somme que doit verser le locataire au propriétaire pour garantir l’exécution de ses obligations locatives. Elle est encaissée et conservée jusqu’à la fin de la location. Son montant est égal à 2 mois de votre loyer, n’incluant pas les charges. Une solution permet de financer ce dépôt de garantie si son montant est trop important. Il s’agit de Loca-Pass, qui offre au locataire la possibilité de financer par un prêt à un taux de 0%, ce dépôt de garantie. Cette aide s’adresse aux étudiants boursiers, en stage, en situation d’emploi ou qui en recherchent un (doit justifier d’une inscription à l’ANPE).
Le dépôt de garantie doit être restitué au locataire dans un délai maximal de deux mois à partir de la restitution du logement.
 
Une caution
Elle est généralement demandée par les propriétaires. Si votre situation ne vous permet pas d’offrir une caution suffisante, un de vos proches peut s’engager à votre place en se portant caution. Si vous ne pouvez pas envisager cette possibilité, vous pouvez vous tourner vers des établissements bancaires qui proposent parfois des offres de ce type pour les jeunes.
Il existe également la garantie locative Loca-pass qui assure le bailleur du paiement de ses loyers pendant 3 ans.
 
Une assurance habitation
Depuis la loi Quillot du 6 juillet 1989, l’étudiant doit s’engager à souscrire une assurance habitation avant même de s’installer dans son logement. Celle-ci couvre l’habitat et le mobilier contre tous les risques éventuels pouvant survenir : incendie, dommages causés par un événement climatique, dégât des eaux…
 
La signature du bail
Obligatoirement rédigé par écrit, daté et signé des deux parties, ce contrat fixe les conditions entre locataire et propriétaire. La plupart d’entre elles sont prévues par la loi du 6 juillet 1989 modifiée par la loi du 24 juillet 1994, mais d’autres clauses particulières peuvent intervenir. C’est pourquoi il est nécessaire de lire attentivement tous les documents du contrat.
 
Deux types de baux existent selon que le logement est loué « meublé » ou « non meublé ».
  Le bail « meublé » n’impose pas de rédaction de contrat. Il est tout de même préférable d’en établir un pour garantir les intérêts des deux parties. Le loyer est libre et le propriétaire peut, au terme de la location, l’augmenter sans aucune restriction.
  Le bail « non meublé » est loué pour une durée minimale de trois ans renouvelables. Si vous désirez quitter votre logement au cours du bail, vous devez en avertir le propriétaire par lettre recommandée avec accusé de réception avec un délai d’avance de 3 mois au minimum. De même, manifestez votre intention de renouvellement 6 mois auparavant.
 
 
Liens utiles :

http://www.adele.org  |  /http://www.locapass.com/ | http://www.cnous.fr | http://www.caf.fr/ | http://www.unme-asso.com/ |


Share via